Philippe Bouvard
Album

Un homme libre, lu par l'auteur (Texte intégral)

Philippe Bouvard

126 TITRES • 7 HEURES ET 27 MINUTES • APR 04 2005

1
Je m'appelle ego (Début)
04:41
2
Au dessert, jean dragon avait évoqué notre enfance
03:50
3
Personne ne faisait déjà plus attention à moi
04:50
4
Ce qui m'ennuie le plus dans cette rupture
04:10
5
Je pars, elle reste
04:38
6
J'ai epousé arlette presque en même temps
03:31
7
Quand je l'ai epousée, nos dix ans de diffférence
02:30
8
Au fond arlette est équilibrée
03:15
9
Arlette est dans sa chambre
02:58
10
A l'autre bout du fil, elle feignait d'être débordée
02:25
11
Je ne devais pas avoir ma tête de tous les jours
02:54
12
J'ai tout expliqué à arlette
03:21
13
Si je trouve une situation pas de problème
03:30
14
Ma lassitude vient en grande partie de cette constatation
04:59
15
Les membres présents de la tribu
03:08
16
Tu devrais emporter quelques bouquins
03:12
17
Depuis trente ans je vis à l'inverse de mes goûts
03:37
18
Pour un type en train de tirer un trait sur son passé
04:06
19
Je n'ai pas repondu à la question d'arlette
04:17
20
Mes bagages sont prêts
05:11
21
L'hôtel de macon est triste, mais propre
03:36
22
Sur le chapitre de cette mort annoncée
03:10
23
Demain, je devrai me préoccuper de faire laver
03:23
24
Autour de moi une douzaine d'hommes muets
03:57
25
Machinalement j'attire miss zombie contre un pilier
04:44
26
A l'hôtel de macon les chiffres n'ont pas la même signification
04:34
27
Ma solitude est totale
03:26
28
J'observe les voyageurs huppés
04:40
29
Je résiste à l'envie de lui demander
03:14
30
A côté de la chambre de bogart, la mienne semble plus propre
02:49
31
Vient ensuite gina
03:45
32
Ce n'est que dix ans plus tard
04:26
33
Beau temps dans le ciel, beau temps dans mon cœur
04:31
34
Au libre service qui jouxte l'hôtel
03:54
35
Chez l'auvergnat tout à l'heure
03:51
36
Jules s'est endormi sur la carpette élimée
04:07
37
Pour procéder tranquillement à quelques ablutions
03:20
38
Nous sommes le vingt juin
03:36
39
Dans une cabine de la poste, j'ai appelé chez moi
03:06
40
Nous voilà partis, moi en état de mort sociale
02:31
41
Monsieur paul ne conduit pas à tombeau ouvert
02:44
42
Pendant le dîner, j'ai eu l'étrange sensation
04:38
43
La cloche du cimetière m'a tiré de cette délectation
04:07
44
Passé les hôtels particuliers de la grande rue haute
03:38
45
Devant moi marche une demoiselle
03:11
46
Je presse le pas pour ne pas la perdre
03:33
47
Une idée me traverse
02:17
48
72 heures que je me suis installé chez laurence
02:52
49
Depuis trois jours que je me suis glissé par hasard
04:11
50
Ce matin au terme du petit déjeuner
03:31
51
Cet aveu m'aide à comprendre que mon charme
03:06
52
Monsieur paul était garé devant le cimetière
02:53
53
Je n'ai jamais pris comme un dû ma lente accession
04:44
54
Les choses sont rentrées dans l'ordre parisien
04:10
55
Conscient de la précarité matérielle de ma situation
04:11
56
Sa vocation de plus en plus exigente
03:13
57
A l'issue d'un méchoui offert au bar de l'hôtel
03:40
58
La vraie vie selon ahmed se poursuit doucement
04:06
59
Les légumes et les fruits sont partout de la même qualité
04:04
60
Brutalement, sans aucun signe annonciateur, j'ai craqué
04:19
61
J'ai reconnu tout de suite sur l'enveloppe le graphisme
04:23
62
Pour cause de vacances estivales
03:39
63
Il se confirme que la vertu est recompensée
03:44
64
Ahmed qui m'a vu sortir à 17 heures, chômeur et désespéré
03:08
65
Marre des veuves inconsolables qui pleurent dans mon gilet
04:07
66
Place clichy, je tombe nez à nez avec jean dragon
03:32
67
En même temps que je decouvrais l'aspect olfactif
02:22
68
Paris est moite
02:51
69
La nature qui a horreur du vide ferait bien de se pencher sur moi
03:29
70
Il a mis fin à notre conversation avec une formule
03:43
71
Pour me remonter le moral, j'ai été boire un café
03:50
72
L'hôtel montaigne est plus petit, plus sombre et plus triste
03:04
73
Roméo pense peu et ne parle pas
03:35
74
Mon éducation, ma conversation doivent lui donner à penser
03:50
75
L'ascenseur qui doit avoir l'âge de "Madame de"
04:53
76
La première expédition aura lieu ce soir
03:42
77
Cap sur l'avenue mozart
04:23
78
Tandis que gino me donne rendez-vous pour le soir
04:49
79
A propos, je ne compte plus les boîtes de l'aviron
03:56
80
L'acheteur fait autorité dans le milieu
03:11
81
J'occupe mes après-midi à humer l'air de Paris
02:23
82
Gino a été arrêté à l'aube
02:14
83
Roméo qui a ses entrées au commissariat
03:05
84
Un carillon suisse annonce chaque quart d'heure
04:54
85
La nuit dernière un couple de provinciaux harassés
04:10
86
Roméo m'a royalement gratifié de deux jours de congé
03:25
87
J'observe la vie de mon quartier
02:51
88
Derrière la chambre, je devine la salle
02:12
89
Avec son portrait de gus perrot
02:39
90
Le naturel chassé par les petits chefs
04:03
91
La vue de guédon
02:24
92
Roméo s'est montré très gentil
02:26
93
Pour parer au plus pressé
02:36
94
Roméo est sorti à l'heure où il savait que j'allai quitter mon hôtel
02:14
95
Tout a commencé devant la petite armoire métallique
03:26
96
L'éveil progressif du dortoir me conforte dans l'idée
03:56
97
Maya, qui me fait les yeux doux, voudrait s'occuper
02:33
98
Direction commissariat
02:55
99
Comme dans toute communauté au sein de laquelle on souhaite faire sa place
E
03:30
100
Les desmarchelier n'ont pas de passé, ni d'avenir
03:41
101
Desmarchelier, quand il a un petit verre dans le nez
04:04
102
J'ai fait ma toilette et je suis allé me promener
02:58
103
A M. Desmarchelier qui m'a offert le café
02:21
104
Je me suis trouvé un compère
02:59
105
Pas de stock, pas d'inventaire, pas de taxe
03:30
106
Voilà trois heures que nous sommes à table
02:56
107
A six heures, on nous extrait pour nous conduire
02:46
108
Et moi qui voulait t'inviter
04:02
109
Simon qui nous a ecouté jusque-là en silence
03:43
110
Pourvu que je ne rencontre aucune ancienne relation
03:27
111
Un bon mendiant est quelqu'un que le moins psychologue
02:01
112
Dimanche, petit déjeuner
03:21
113
Claudius qui salue familièrement
04:03
114
Il est près de minuit
04:57
115
A la sortie de saint-honoré d'eylau
03:56
116
Trois jours de pluie ont stoppé net ma carrière de mendiant
03:37
117
Nous sommes partis du refuge clandestinement
02:16
118
Urbain n'est pas le mot qui vient à l'esprit
02:43
119
Je songe à gus perrot
03:22
120
Au moment où je vais enfin sombrer dans le sommeil
03:47
121
Une idée, une seule, mais paralysante
03:20
122
A partir de la ma réinstallation dans le monde
03:33
123
L'aube redessine les contours de la seine
04:07
124
Sur le quai, la vie est normale
03:27
125
Me voici devant la porte
03:36
126
Je fuis sans même remercier, ni dire au revoir (Fin)
04:06
℗ Frémeaux & Associés / Grasset & Fasquelle © Frémeaux & Associés / Grasset / Fasquelle

0:00