#76 - Charles Tissier : "on n’a pas peur de s’endetter... quitte à ne pas fixer de limites"

Passion Patrimoine

28-05-2024 • 46 mins

L’épisode d’aujourd’hui s’inscrit dans la lignée des hors-séries « spécial chef d’entreprise » que je vous propose afin de trouver des arguments à développer lors de rendez-vous lorsque vos clients souhaitent investir dans le Private Equity ou dans des lignes de produits structurés qui ont du sens.

Donner du sens à son investissement, c’est justement ce que je vous propose aujourd’hui avec l’histoire de Charles Tissier, 29 ans, cofondateur de Le vent à la française et rugbyman à ses heures.

Très fier de travailler et d’avoir créé une société qui rayonne et qui est devenue une marque dans le paysage des jeunes start-ups qui cartonnent, cet outsider peut vous donner, à vous, CGP, des idées d’aiguillage et de sérieux arguments pour s’impliquer dans la vie des entreprises françaises.

Basée à Clermont-Ferrand, employant entre 15 et 20 000 salariés, son entreprise est la concrétisation d’une ligne de produits s’appuyant sur un seul modèle.

Poussé par une très belle histoire d’amitié et par un cadre parental structuré qui le propulse dès ses 20 ans, mon hôte se lance avec son associé directement dans la création d’une boîte, plus spécifiquement dans la confection d’un bracelet qui va devenir sa marque de fabrique.

Si vous avez besoin de comprendre cette France qui avance, rayonne à l'étranger et attire les investisseurs internationaux.

Si vos clients vous réclament de belles histoires pour les convaincre d’investir dans des start-ups vertes.

C’est indéniablement cet épisode qu’il vous faut dévorer 😊

Charles Tissier : « Nous, on veut être là encore dans 15/20 ans... on a une stratégie un peu différente des jeunes start-ups... on n’a pas peur de s’endetter et de développer d’autres projets… quitte à ne pas fixer de limites, comme Marc Simoncini, dont la réussite est inspirante… »