Choses à Savoir SCIENCES

Choses à Savoir

Développez facilement votre culture scientifique grâce à un podcast quotidien ! read less

Pourquoi le « tombeau de Salomé » est-il célèbre ?
Il y a 2d
Pourquoi le « tombeau de Salomé » est-il célèbre ?
Découverte par des pilleurs, voilà 40 ans, et fouillée récemment par une équipe d'archéologues, une grotte funéraire, située au sud-ouest de Jérusalem, retient toute l'attention des spécialistes. En effet, il ne s'agit pas d'un lieu de sépulture anonyme, mais d'une grotte associée à Salomé. D'après un Évangile apocryphe, non reconnu par le Canon de l'Église, c'était une sage-femme, qui aurait assisté à la naissance de Jésus. Ne voulant croire que Marie était vierge, elle l'aurait auscultée. La main dont elle s'était servie pour cet examen aurait été brûlée, puis guérie au moment de la naissance du Christ. Cependant, le nom de Salomé était très courant dans la Judée de cette époque. Il est donc possible que ce nom, retrouvé sur des reliques aujourd'hui disparues, ait été attribué plus tard à la sage-femme ayant assisté à la délivrance de la Vierge Marie. Si les archéologues pensent qu'il peut y avoir un lieu entre cette Salomé, canonisée ensuite par l'Église, et la grotte funéraire, c'est que son nom figure parmi les inscriptions retrouvées sur les parois. On relève aussi de nombreuses croix, qui permettent de penser que, dès les débuts de l'ère chrétienne, et sans doute jusqu'au IXe siècle de notre ère, le site fut un lieu de pèlerinage. Mais cette grotte servait déjà de tombeau environ un millénaire avant la naissance du Christ. Il semble qu'elle était le lieu de sépulture d'une famille juive de notables. Ce lieu de pèlerinage se serait composé de la grotte elle-même et d'un autre endroit, qui était peut-être une sorte de parvis. Entourée par des murs épais, cette vaste pièce, au sol recouvert de dalles et de mosaïques, ne faisait pas moins de 350 m2. Les archéologues y ont retrouvé de très nombreuses lampes à huile, qui étaient peut-être vendues aux pèlerins. Si elles permettaient sans doute de s'éclairer, dans ce lieu sombre, elles avaient peut-être aussi une fonction rituelle. On a également mis à jour, à l'entrée et à l'intérieur de la grotte, des sculptures aux motifs végétaux, assez représentatifs de l'art juif de cette époque. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Pourquoi la NASA teste-t-elle un bouclier thermique gonflable ?
Il y a 3d
Pourquoi la NASA teste-t-elle un bouclier thermique gonflable ?
La NASA continue de préparer un futur vol habité vers Mars, qui pourrait avoir lieu à l'horizon 2030 ou un peu plus tard. Pour ce faire, elle vient de mettre au point un nouvel engin, qui pourrait se révéler très utile pour les astronautes s'apprêtant à fouler le sol de la planète rouge. Il s'agit d'un bouclier thermique gonflable, que les scientifiques ont nommé "Loftid". Il a été placé dans une fusée Atlas V, lancée elle-même dans l'espace le 10 novembre 2022. Le bouclier thermique s'est alors placé en orbite, durant un certain temps, avant d'amorcer sa descente sur terre. Il s'agissait de savoir si, lors de cette descente, le bouclier pourrait se gonfler de façon autonome. Les scientifiques ont pu s'apercevoir que le bouclier s'est bien déployé de la manière prévue. Il a pu ensuite amerrir au large d'Hawaï et être récupéré. L'avantage principal de cette technique innovante, c'est que Loftid ne fait qu'un peu plus de 2 mètres quand il est plié. Mais, quand il se gonfle, son envergure passe à 6 mètres. Ce nouveau type de bouclier thermique permet donc d'emporter dans l'espace une charge plus légère et moins volumineuse. Le rôle de ce bouclier thermique gonflable est de faciliter l'atterrissage du matériel sur Mars. En effet, l'atmosphère de cette planète, plus fine que celle de la Terre, ne freine pas suffisamment les atterrisseurs utilisés par la NASA. Aussi, pour faire atterrir un rover, par exemple, des parachutes ne suffisent pas. Dotées de rétrofusées, les grues mises au point par les techniciens de la NASA se sont révélées plus efficaces. Mais on ne peut pas s'en servir pour faire atterrir des charges trop lourdes. On voit alors tout l'intérêt d'utiliser ce type de bouclier thermique gonflable, capable d'assurer l'atterrissage d'un matériel plus important, mais aussi de transporter les astronautes eux-mêmes. Ce bouclier, qui devrait se déployer lors de sa descente sur Mars, sera tout de même équipé de parachutes, pour renforcer encore la sécurité de l'équipage. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Comment une voile solaire fonctionne-t-elle ?
Il y a 4d
Comment une voile solaire fonctionne-t-elle ?
La voile solaire est dans l'air du temps. En effet, l'une d'entre elles, conçue par une société française, vient d'être envoyée dans l'espace, sous l'égide de SpaceX, le groupe d'Elon Musk. Une autre, élaborée par une entreprise américaine, devrait prendre son envol en mars prochain. La voile solaire française a pris place, avec un petit satellite, à bord d'une fusée qui, en ce début d'année 2023, vient de décoller. Mise en place en partie à la main, elle est composée de quatre panneaux en forme de trapèzes qui, quand la voile est déployée, représentent une surface de 73 m2. Cette voile solaire doit être envoyée en orbite basse, à environ 550 kilomètres d'altitude. Avec ses huit panneaux et ses 600 m2, la voile américaine est plus vaste. Le principe de propulsion est le même pour les deux voiles. En effet, à cette altitude, il ne faut pas compter sur les mouvements de l'air pour assurer leur déplacement. Ce sont donc les particules échappées du soleil qui, en frappant les panneaux de ces voiles, les font bouger. Non seulement un tel mode de propulsion est économique, mais il évite de doter la voile d'un système électrique, ou d'un autre dispositif destiné à le faire avancer. La voile solaire est donc plus légère et sûrement plus durable. La société française à l'origine de cette première voile solaire nourrit d'ores et déjà d'autres projets. Ainsi, dès cette année ou en 2024, une nouvelle voile devrait être déployée, mais cette fois-ci en orbite haute. Et ces nouveaux engins spatiaux devraient s'enfoncer plus loin dans l'espace. Des voyages vers la Lune ou Mars sont d'ores et déjà prévus. Mieux encore, une voile solaire bien plus ample, de 300 à 400 m2, pourrait s'envoler pour Vénus dès 2025. Si de telles missions lointaines sont envisageables, c'est notamment en raison de leur coût. Avec une voile solaire, en effet, elles reviendraient 10 à 20 fois moins cher qu'un projet classique. Il serait même question d'explorer, par ce moyen, le nuage d'Oort, situé à près d'une année-lumière de la Terre. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Le niveau de la mer Méditerranée monte-t-il uniformément ?
Il y a 5d
Le niveau de la mer Méditerranée monte-t-il uniformément ?
Le réchauffement climatique se traduit, entre autres conséquences, par la fonte des glaces. Et ce phénomène entraîne lui-même une élévation du niveau des mers et des océans. C'est ainsi que la Méditerranée, qui s'ouvre sur l'océan Atlantique, par le détroit de Gibraltar, voit ses eaux monter de manière régulière, surtout depuis la fin des années 1980. Cette élévation succède à la relative baisse du niveau qui était constatée depuis les années 1960. D'après une étude menée par des océanographes anglais et américains, le niveau de la mer augmenterait de 3,6 mm par an. Mais, comme toutes les moyennes, ce chiffre cache des disparités. En effet, le niveau de la Méditerranée ne s'élèverait pas de manière uniforme. Il monterait plus dans certaines régions que dans d'autres. Ce serait notamment le cas de la Costa del Sol, qui désigne le littoral du sud de l'Espagne, et de la côte amalfitaine, au sud de l'Italie. De même, le niveau de la mer Égée et de la mer Adriatique aurait progressé d'environ 8 mm par an. Les spécialistes constatent l'élévation du niveau de la Méditerranée, sans pouvoir l'expliquer de manière certaine. Ils émettent cependant des hypothèses. Cette inégale élévation de la mer pourrait être due à des différences de densité des eaux. La circulation des bateaux, dont l'importance n'est pas la même dans toutes les régions, pourrait aussi l'expliquer en partie. Les auteurs de l'étude suggèrent que les autorités prennent des mesures pour limiter l'impact de cette élévation du niveau de la mer sur les paysages et les activités humaines. Elles pourraient ainsi faire construire des digues, une solution sans doute efficace mais coûteuse. De même, il conviendrait de mettre au point des outils de mesure permettant d'apprécier l'élévation du niveau de la mer dans chaque région. Ce qui permettrait de mieux adapter la réponse à la nature de la menace. La mise en place d'une telle politique de prévention s'impose d'autant plus que, dans les décennies à venir, le niveau des mers et des océans devrait encore s'élever. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Depuis quand les Hommes portent-ils de la fourrure ?
Il y a 6d
Depuis quand les Hommes portent-ils de la fourrure ?
Les hommes préhistoriques devaient se protéger du froid, surtout durant les diverses périodes glaciaires que la Terre a connues. On supposait qu'ils devaient s'habiller des peaux prélevées sur les animaux qu'ils chassaient. Mais, jusque-là, on n'en avait guère de preuves. Désormais c'est chose faite. En effet, des scientifiques viennent de trouver, dans un site préhistorique allemand, des ossements d'animaux très intéressants. Ils datent de plus de 300.000 ans et appartiennent à des ours des cavernes, une espèce qui pouvait atteindre trois mètres de haut et a disparu voilà environ 24.000 ans. Cet animal était certainement chassé pour sa viande, mais pas seulement. En effet, certains de ces os ont attiré l'attention des spécialistes. Ils présentaient de petites stries, très fines, qui montraient que l'animal avait été dépecé de manière minutieuse. Or, il s'agissait notamment d'os du pied et de la patte. Des endroits où la viande était peu abondante. Les scientifiques en ont donc déduit que ce qui intéressait les hommes, ici, ce n'était pas la nourriture, mais la fourrure de ces ours. Elle était particulièrement chaude et revêtue, en hiver, d'une sous-couche isolante. Il est donc vraisemblable que cette fourrure était utilisée comme vêtement, à une époque, voilà plus de 300.000 ans, où le climat commençait à nouveau à se refroidir. Ces hommes se servaient sans doute aussi de ces fourrures comme couvertures, pour se préserver du froid durant la nuit. On ne connaît pas la technique qu'ils utilisaient pour dépecer ces animaux. Mais elle devait déjà être élaborée. En effet, la découpe devait être très soigneuse, de manière à obtenir une grande pièce de fourrure, d'un seul tenant. Par ailleurs, il fallait débarrasser la fourrure des lambeaux de chair qui s'y accrochaient. Faute de quoi elle aurait pu s'altérer. Enfin, il fallait procéder au tannage de ces peaux. Autant d'étapes qui demandaient un travail minutieux et la maîtrise d'un véritable savoir-faire. Sans la protection de ces chaudes fourrures, il n'est pas sûr que les hommes préhistoriques aient pu résister au froid très vif qui commençait à régner alors sur une partie de l'Europe. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Pourquoi les selles flottent ou coulent-elles ?
19-01-2023
Pourquoi les selles flottent ou coulent-elles ?
Les scientifiques se posent parfois des questions qui peuvent nous sembler singulières : celle de savoir, par exemple, pourquoi nos déjections flottent ou, au contraire, coulent à pic. On pensait jusque-là que les selles flottantes étaient le résultat d'une alimentation plutôt grasse. En effet, un corps gras, moins dense que l'eau, a tendance à se maintenir à sa surface. Cependant, des chercheurs américains ont voulu tester une autre hypothèse. Ils ont d'abord choisi une souris dépourvue de microbiote, composé par l'ensemble des micro-organismes d'un milieu donné, en l'occurrence l'intestin. Dans l'estomac de cette souris, ils ont notamment injecté les bactéries contenues dans les excréments d'une autre souris qui, elle, possédait un microbiote. Le résultat de cette expérience a été assez net : les fèces de cette souris ont presque toutes flotté. Alors qu'auparavant, elles avaient tendance à s'enfoncer dans l'eau. Ils avaient d'ailleurs remarqué le même phénomène avec d'autres souris dépourvues de microbiote intestinal. Comment expliquer qu'après cette injection de bactéries les déjections de ces souris se mettent à flotter ? L'explication réside dans la nature des bactéries introduites dans l'organisme des souris sans microbiote. En effet, ces bactéries produisent des gaz apparentés au méthane. Ce qui explique d'ailleurs, du moins en partie, pourquoi elles produisent aussi des flatulences chez certaines personnes. C'est d'ailleurs de cette manière qu'une partie de ces gaz est évacuée; mais une autre partie peut se retrouver à l'intérieur des selles. Ce sont donc ces gaz qui font flotter les déjections. Ceci étant, on peut se demander si les scientifiques se sont penchés sur une autre question : le fait que les selles s'enfoncent dans l'eau de la cuvette ou flottent à sa surface a-t-il un rapport quelconque avec la santé de celui qui les produit ? Pour l'instant, ils ne font pas de lien entre la santé d'une personne et la nature de ses selles. Mais ils comptent bien poursuivre leurs recherches dans ce sens. Il existerait cependant une relation possible entre des déjections flottantes et le syndrome du côlon irritable. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Une crise économique peut-elle laisser une trace dans nos gènes ?
18-01-2023
Une crise économique peut-elle laisser une trace dans nos gènes ?
Certains facteurs traumatisants, comme la faim ou le stress, pourraient laisser des traces sur les gènes d'une personne, des années après sa mort. D'ailleurs, une nouvelle science, l'épigénétique, s'occupe de la manière dont certains événements peuvent modifier l'expression des gènes, sans, toutefois, en bouleverser la structure. Les scientifiques sont nombreux à s'intéresser désormais à cette nouvelle discipline. C'est le cas de deux chercheuses américaines, qui viennent de publier une nouvelle étude. Elle a porté sur 800 personnes, toutes nées pendant les années 1930. Le but de cette étude était de mesurer, chez ces volontaires, un éventuel impact, sur leurs gènes, de la grande crise économique qui, on le sait, a débuté aux États-Unis en octobre 1929. Elle s'est traduite, on s'en souvient, par un chômage considérable et la paupérisation d'une partie notable de la population. D'après les chercheuses, l'examen des cellules des participants à cette étude aurait montré des signes de vieillissement accéléré. Ce qui veut dire que ces personnes seraient plus vulnérables face à certaines maladies et qu'elles seraient plus susceptibles de mourir prématurément. Des études du même ordre avaient d'ailleurs été menées. Ainsi, des chercheurs néerlandais avaient essayé de mesurer l'impact possible, sur la santé d'un groupe de participants, d'une famine s'étant déclarée peu de temps après la Seconde Guerre mondiale. On peut penser, cependant, que le temps qui s'écoule entre la grossesse et l'arrivée à l'âge adulte de l'enfant à naître est un temps bien court pour apprécier l'éventuelle répercussion d'un événement sur les gènes de celui qui le subit. Pourtant, certaines recherches, et notamment celles que nous avons citées, semblent déjà concluantes à cet égard. Et elles ont le mérite d'attirer l'attention sur la nécessité de prévenir, par des mesures appropriées, les effets négatifs que pourraient avoir, sur la santé des enfants, puis des adultes, l'impact éventuel de certains événements sur leurs gènes. Si cet impact était avéré, il pourrait créer, dès le début de la vie, une inégalité entre ces enfants moins bien armés pour la vie et les autres. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Quelle est la composition de l'eau du robinet ?
17-01-2023
Quelle est la composition de l'eau du robinet ?
Dans un sondage réalisé en 2018, environ les deux tiers des Français déclaraient boire quotidiennement l'eau du robinet. Les consommateurs lui font donc confiance, ce qui ne les empêche pas de s'interroger sur sa composition. Ils se rassurent, tout d'abord, en apprenant que l'eau du robinet est sans doute le produit le plus surveillé. En effet, il subit de très nombreux contrôles, destinés à vérifier pas moins de 70 points, concernant tant son goût que sa composition. L'eau du robinet vient en partie des eaux de surface, comme les rivières ou les fleuves, mais plus encore des sources et des nappes profondes. C'est au contact des roches rencontrées sur son passage que l'eau du robinet se charge de minéraux et d'oligoéléments, des éléments métalliques indispensables à la vie. De même, le magnésium, le cuivre, le fer ou le sodium contenus dans l'eau ont des effets positifs sur notre santé. Les doses présentes dans l'eau sont variables selon les endroits. C'est également le cas du fluor, tout aussi bénéfique pour l'organisme, à condition de ne pas dépasser certains seuils. De même, on sait que le calcium est bon pour la santé. L'eau du robinet est plus ou moins calcaire, en fonction de la proportion de calcium qu'elle contient. Si une eau calcaire n'est pas mauvaise pour la santé, elle peut l'être pour les appareils électroménagers. Et son goût est souvent altéré. De son côté, la dose de chlore ne doit pas dépasser un certain niveau. Il est utilisé pour éliminer les virus et bactéries qui, malgré tous les contrôles, peuvent subsister dans l'eau du robinet. Malgré toute la surveillance dont elle est l'objet, cette eau peut contenir des traces de pesticides ou de résidus de produits pétroliers. Certaines associations soupçonnent également la présence, dans l'eau du robinet, de substances potentiellement cancérigènes et de perturbateurs endocriniens. Dans certaines régions agricoles, comme la Bretagne par exemple, une proportion de nitrates plus élevée que la moyenne rend l'eau du robinet impropre aux nourrissons et aux femmes enceintes. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Qu'est-ce que le Climate Shift Index ?
16-01-2023
Qu'est-ce que le Climate Shift Index ?
Sécheresses, inondations et canicules semblent devenir plus fréquentes qu'auparavant. Ces événements souvent extrêmes donnent bien l'impression que le climat évolue. Mais on peut se demander si de tels changements sont liés au réchauffement climatique. C'est pour mesurer cette éventuelle influence qu'un nouvel indice climatique vient d'être mis au point. Il s'agit du "Climate Shift Index" ou CSI. Il a été élaboré par le "Climate Central", une Organisation non gouvernementale composée de scientifiques et de journalistes. Cet indice climatique relève, chaque jour, des milliers de températures, dans toutes les contrées du globe, et les compare à des données plus anciennes. Le CSI indique donc si les écarts de températures constatés, par rapport à la moyenne des relevés antérieurs, peuvent être attribués au réchauffement climatique, et, dans l'affirmative, dans quelle proportion. Pour rendre cet indice plus parlant, il est figuré par une échelle, qui va de -5 à +5. Plus l'on se rapproche du sommet de l'échelle, plus il est probable que l'anomalie remarquée est liée au réchauffement climatique. Ainsi, si une zone donnée est affectée d'un indice +4, par exemple, on peut raisonnablement penser que les écarts de température qu'on y relève sont dus à l'action du réchauffement climatique. Le chiffre attribué signifie que la température constatée est relevée quatre fois plus souvent qu'auparavant, et qu'elle est liée au réchauffement climatique. Pour rendre les choses encore plus claires, on a associé cette échelle à une carte. Sur celle-ci, des couleurs correspondent aux chiffres. Ainsi, le rouge foncé accompagne l'indice maximal, +5. Muni de ces chiffres et de ces cartes en couleurs, l'observateur peut repérer plus facilement les changements opérés par le réchauffement climatique. Ainsi, les chercheurs à l'origine de ce nouvel indice ont pu mesurer à quel point ce réchauffement modifiait, d'ores et déjà, le climat de la planète. En effet, ils ont constaté que les modifications de températures induites par le réchauffement climatique concernaient 96 % de la population du globe. Autrement dit, la très grande majorité des habitants de la planète est déjà touchée par ce phénomène. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Depuis quand le chien est-il un animal domestique ?
15-01-2023
Depuis quand le chien est-il un animal domestique ?
La question de la domestication du chien suscite de nombreux débats chez les spécialistes. Le premier concerne l'ancêtre de cet animal. Aujourd'hui, les paléozoologues pensent que le chien descend de certaines espèces de loups, et non du coyote. Il semble également avéré que l'ancêtre du chien domestique vivait sur le continent européen. Mais à quelle date ? Cette question, plus délicate, n'est pas encore tranchée. Même si les spécialistes s'accordent à dire que le chien fut domestiqué plus tôt qu'on ne le pensait. Ainsi l'humérus d'un animal, trouvé dans une grotte espagnole, que diverses analyses ont permis d'attribuer à un chien, remonterait à environ 17.000 ans avant notre ère. Soit au début de l'époque magdalénienne, comprise entre 18.000 et 10.000 ans avant J.-C. Certaines trouvailles récentes permettent cependant de repousser encore plus loin dans le passé l'époque de la domestication du chien. En effet, on a retrouvé, en République tchèque, les restes d'un chien datant d'environ 26.000 ans. Une autre découverte a encore permis de reculer l'horloge du temps. Elle a été faite en Sibérie. On y a notamment trouvé une dent de ce "chien de l'Altaï", comme on l'a surnommé. Son analyse a permis de dater cette découverte d'environ 33.000 ans. Par ailleurs, on y a trouvé, comme dans d'autres ossements, de l'ADN que des technologies plus modernes ont permis d'exploiter. L'étude de ce patrimoine génétique est essentielle, car elle permet, comme dans le cas du "chien de l'Altaï", de savoir que l'on a bien affaire, non à un loup, mais à un chien. Ou du moins à un animal qui ressemble plus à un chien moderne qu'à un loup. Les ossements découverts dans une grotte belge seraient encore plus vieux. En effet, ils pourraient avoir 36.000 ans. Mais, malgré les avancées scientifiques dus à l'analyse de l'ADN, tous les scientifiques ne s'accordent pas sur l'identité de l'animal dont les restes ont été trouvés dans cette grotte. Pour les spécialistes, il est d'ailleurs possible que la domestication du chien n'ait pas réussi du premier coup et soit le résultat de plusieurs tentatives. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Les humains peuvent-ils naître avec une queue ?
10-01-2023
Les humains peuvent-ils naître avec une queue ?
En 2021, une information surprenante fait la une des journaux : un bébé brésilien serait né avec une queue. Pourtant, ce n'est pas une première dans l'Histoire de la médecine. Depuis le 19ème siècle, plusieurs cas de présence d'une queue sur des humains ont été relevés et documentés. Pourquoi l'Homme n'a-t-il normalement pas de queue ? La question parait incongrue, mais il faut se souvenir que l'Homme partage des ancêtres communs avec les singes, lesquels sont, à l'exception des grands singes, dotés de queues. C'est lorsque l'espèce humaine a divergé des primates qu'elle a connu la perte de cet appendice, dont il ne reste normalement que le coccyx. Les chercheurs ne savent pas exactement pourquoi l'Homme a perdu sa queue. L'évolution pourrait avoir favorisé cette disparition pour faciliter la marche debout, ou bien pour rendre la reproduction plus aisée. Dans tous les cas, si l'Homme se retrouve aujourd'hui exempté de queue, c'est parce qu'elle ne lui sert pas à survivre dans son environnement. Tous les bébés ont une queue avant la naissance Il faut remonter bien avant la naissance, dans les premières semaines suivant la conception, pour découvrir que tous les foetus disposent d'une queue. Celle-ci apparait entre 4 et 6 semaines de grossesse, et est présente chez tous les foetus de mammifères. Vers la fin de la 8ème semaine de grossesse, l'appendice régresse chez l'humain jusqu'à ne former plus qu'un os court situé à l'extrémité de la colonne vertébrale, le coccyx. Mais, dans de très rares cas, le foetus conserve sa queue jusqu'à la naissance. Vraie queue ou pseudo-queue ? Au travers des quelques centaines de cas reportés de présence d'une queue sur un être humain, les médecins ont établi une différence entre les queues véritables et les pseudo-queues. La vraie queue correspond à celle présente chez les animaux comme les souris, les singes ou les chats. Elle contient des graisses, des muscles, est innervée et peut même bouger. Elle se développe de façon saine, comme n'importe quel membre, et son ablation ne pose donc pas de problème. La pseudo-queue résulte d'une malformation dans les vertèbres. Elle se compose principalement de tissus graisseux, mais elle peut parfois prendre la forme d'une touffe de poils. Son ablation nécessite davantage de précautions, car elle est souvent située dans la continuité de la moelle épinière, ce qui implique une chirurgie de haute précision. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices