Géopolitique

RFI

Géopolitique parcourt les grandes régions du monde auxquelles sont associés des enjeux majeurs. Marie-France Chatin invite au débat chercheurs et experts, afin que soient expliqués et mis en lumière les différents mécanismes qui régissent les rapports entre les sociétés et leur environnement. Les invités de Géopolitique confrontent leurs regards sur un sujet d’actualité internationale. Une émission présentée par Marie-France Chatin. Réalisation et technique : Nathalie Laporte. Avec la collaboration de Cécile Lavolot.

read less

Iran: jusqu’où ira la répression du mouvement inédit de contestation?
Il y a 5d
Iran: jusqu’où ira la répression du mouvement inédit de contestation?
C’est un mouvement de contestation historique qui secoue l’Iran, depuis le 16 septembre 2022, et la mort en prison de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée pour avoir mal porté son voile... Au slogan «Femmes, vie, liberté», s’est  vite ajouté le slogan «Mort au dictateur»  pour dire la colère de millions de femmes, d’hommes, de jeunes surtout, privés de droits, d’avenir, de liberté par un régime théocratique incarné par Ali Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique désormais conspué dans la rue... Un régime qui, depuis 4 mois, n’arrive pas à étouffer la révolte malgré une répression féroce : au moins 481 manifestants tués dont 64 enfants, 20 contestataires condamnés à mort dont 4 ont été pendus, tandis que plus d’une centaine d’autres risquent de se voir infliger la peine capitale pour «corruption sur terre» ou «inimitié avec Dieu». Bilan établi par l’ONG norvégienne Iran Human Rights. Où en est aujourd’hui la contestation ? Jusqu’où ira la répression ? Existe-t-il des fissures au sein du pouvoir ? Que cherche la République islamique en renouant avec sa «diplomatie», entre guillemets, des otages (des dizaines d’Occidentaux dont 7 ressortissants français sont détenus arbitrairement en Iran) ?     Trois invités :   - Chowra Makaremi, anthropologue, chercheuse au CNRS, réalisatrice du documentaire «Hitch, une histoire iranienne» (2019) disponible en vidéo à la demande - Bernard Hourcade, géographe, chercheur émérite au CNRS et ancien directeur de l’Institut français de recherche en Iran de 1978 à 1993. Auteur d' «Iran, paradoxes d’une nation» chez CNRS Éditions (2021) - Jean-Pierre Perrin, journaliste et écrivain, spécialiste du Moyen-Orient, auteur de «Kaboul, l’humiliante défaite», paru aux Équateurs (2022).
Des chars lourds pour l’Ukraine: jusqu’où ira l’engagement militaire des Occidentaux?
Il y a 6d
Des chars lourds pour l’Ukraine: jusqu’où ira l’engagement militaire des Occidentaux?
Alors que le cap des 11 mois de guerre a été franchi (mardi 24 janvier 2023) en Ukraine sans qu’on ne voie l’esquisse d’une issue au conflit, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a enfin obtenu mercredi (25 janvier) ce qu’il réclamait depuis des mois : la livraison de chars lourds. Après des semaines d’atermoiement, de pressions de l’extérieur, (et même du parti Vert au sein même de la coalition gouvernementale), le chancelier Olaf Scholz a fini par donner son feu vert : 14 chars Leopard 2 seront envoyés en Ukraine. Berlin prendra également en charge les munitions, la logistique et la maintenance et autorise ses alliés à en faire autant. Quelques heures plus tard, le président américain Joe Biden annonçait à son tour le transfert à l’Ukraine de 31 chars lourds Abrams, les plus performants dont disposent les États-Unis... Des dizaines d’autres chars vont également être envoyés en Ukraine par la Pologne, la Finlande, la Norvège ou encore l’Espagne. L’ambassadeur de Russie en Allemagne a réagi en parlant de décision extrêmement dangereuse. Volodymyr Zelensky, lui, a salué une étape importante pour la victoire finale. L’envoi de ces chars marque-t-il un tournant de la guerre ? Puissants rapides, modernes, ces chars peuvent-ils changer la donne sur le terrain ? Comment le Kremlin peut-il répliquer ? Jusqu’où ira l’engagement militaire des Occidentaux aux côtés de l’Ukraine alors que Kiev réclame désormais des missiles longue portée et des avions de chasse ? On en débat avec nos invités.     Trois invités :  - Nicolas Tenzer, analyste des questions internationales et de sécurité, directeur de publication du site «Desk Russie», a publié le 14 janvier 2023 : «En Ukraine, le droit international nous oblige»  - Guillaume Ancel, ancien officier, écrivain, a publié aux Belles Lettres, dans la collection Mémoires de guerre : «Un casque bleu chez les Khmers rouges». - David Teurtrie, maître de conférences à l’Institut Catholique d’Études Supérieures et auteur de «Russie : le retour de la puissance», aux éditions Armand Colin.       Émission enregistrée le 26 janvier 2023.
Les défis du Commonwealth face à une compétition géopolitique de plus en plus forte
22-01-2023
Les défis du Commonwealth face à une compétition géopolitique de plus en plus forte
Organisation internationale rassemblant près de 2,4 milliards de personnes, soit un tiers de la population mondiale, le Commonwealth connaît un profond questionnement après la mort d’Elizabeth II et l’accession au trône du Roi Charles III. Entre aspirations républicaines et demandes de réparations post-coloniales, l’organisation héritage direct mais, maintes fois transformé de l’Empire britannique s’interroge sur son avenir. Quel ciment va maintenir ensemble ces États ? En devenant une République, en novembre 2021, la Barbade a revigoré les mouvements antimonarchistes, en particulier dans les Caraïbes, mais aussi en Australie ou au Canada. Et nombreux sont ceux qui questionnent en coulisse l’utilité de cette structure et sa finalité. La tâche pour Charles III s’annonce délicate.   Invités :  Virginie Roiron, maître de conférences en Civilisation britannique et du Commonwealth à l’Institut d’Études Politiques de Strasbourg. Laurence Dubois, maître de conférences en Études anglophones. Spécialiste d’Histoire britannique à l’Université Paris X Nanterre. « L’asile de Hanwell, un modèle utopique dans l’histoire de la psychiatrie anglaise ? », éd. Presses Sorbonne Nouvelle.   Marc Chevrier, professeur à la Faculté de Science politique et de droit à l’Université du Québec à Montréal. « L’Empire en marche. Des peuples sans qualités, de Vienne à Ottawa », Presses de l’Université Laval, Hermann. (Rediffusion du 27 novembre 2022)
Rentrée du Congrès américain: comment Joe Biden va-t-il composer avec les Républicains?
21-01-2023
Rentrée du Congrès américain: comment Joe Biden va-t-il composer avec les Républicains?
La rentrée, le 3 janvier 2023, du nouveau Congrès américain, issu des Midterms de novembre 2022, restera sans doute dans les annales de l’histoire politique des États-Unis : il a fallu, en effet, 4 jours de débats houleux, 3 nuits de tractations laborieuses et 15 tours de scrutin pour que la Chambre des Représentants, désormais à majorité républicaine, réussisse à désigner son speaker, c’est-à-dire son président : Kevin Mc Carthy, 57 ans. Le représentant de Californie a été humilié par une vingtaine d’élus du mouvement MAGA (Make Americain Great Again), minoritaires au sein du parti Républicain. Et il a dû leur faire d’énormes concessions en échange de leurs votes. Comment le parti républicain a-t-il pu offrir un tel spectacle de divisions ? (certains élus ont failli en venir aux mains...). S’agit-il d’une claque pour Donald Trump qui avait apporté son soutien à Kevin Mc Carthy ? Quel était le but recherché par les extrémistes du mouvement MAGA ? Le speaker républicain risque-t-il à présent de se retrouver otage de ces  frondeurs ? Comment va se passer la cohabitation entre la Chambre républicaine et le Sénat démocrate ? Faut-il s’attendre, pendant 2 ans, à des batailles homériques au Congrès sur des sujets sensibles comme les dépenses publiques, voire sur le soutien à l’Ukraine ? Comment Joe Biden compte-t-il composer avec les Républicains ?   Invités : - Maya Kandel, historienne, spécialiste de la Politique étrangère américaine, et chercheuse associée à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3   - Hugo Bouvard, maître de conférences en Histoire et Sociologie des États-Unis à l’Université Paris Cité  - Simon Grivet, maître de conférences en Histoire et Civilisation des États-Unis à l'Université de Lille.
Israël: l'extrême-droite et les ultra-orthodoxes au cœur du pouvoir
15-01-2023
Israël: l'extrême-droite et les ultra-orthodoxes au cœur du pouvoir
Inculpé pour corruption dans plusieurs affaires, chassé du pouvoir en juin 2021 par une coalition hétéroclite, vainqueur des législatives du 1er novembre 2022, Benyamin Netanyahou, 73 ans, a retrouvé son poste de Premier ministre et dirige, depuis le 29 décembre 2022, le gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël... Il aura fallu au chef du Likoud presque 2 mois de négociations pour former une coalition pour le moins radicale avec partis ultra-orthodoxes et formations d’extrême-droite. «Force juive» d’Itamar Ben Gvir et «Sionisme religieux» de Bezalel Smotrich prônent, par exemple, le renforcement des colonies israéliennes, voire l’annexion par Israël d’une partie de la Cisjordanie et le transfert vers les pays voisins d’une partie des Arabes israéliens. Autre projet de la coalition qui fait couler beaucoup d’encre : une réforme judiciaire qui permettrait aux députés de contourner les décisions de la Cour suprême... Comment expliquer ce glissement vers l’extrême droite de la société israélienne ? Pourquoi la gauche et le camp de la paix ont-ils disparu du paysage politique ? Ce nouveau gouvernement se prépare-t-il à ignorer purement et simplement l’état de droit ? Avec quelles conséquences pour les Palestiniens qui dénoncent , par la bouche de Mahmoud Abbas, un gouvernement sous le sceau de l’extrémisme et de l’apartheid ? Faut-il redouter une nouvelle Intifada ? La démocratie israélienne est-elle menacée de disparition ?     3 invités :  - Dominique Vidal,  journaliste, écrivain, auteur de « Israël : naissance d’un État (1896-1949) », paru en 2022 chez L’Harmattan   - Alain Dieckhoff, sociologue, directeur de recherche au CNRS, spécialiste de la politique et de la société contemporaine israéliennes, auteur de « Israël Palestine : une guerre sans fin ? », paru en 2022 aux éditions Armand Colin    - Thomas Vescovi, chercheur indépendant en Histoire contemporaine, a publié en 2021 « L’échec d’une utopie : une histoire des gauches en Israël », aux Éditions La Découverte.
Malgré les tensions, retrouver le souffle du moteur franco-allemand
08-01-2023
Malgré les tensions, retrouver le souffle du moteur franco-allemand
Les bouleversements de 2022 nous accompagnent encore en 2023. La guerre en Ukraine qui sévit depuis le 24 février 2022 se poursuit… et avec elle, son lot d’interrogations concernant l’Europe. Et parmi celles-ci, la relation franco-allemande, véritable pilier de l’Union européenne que le Brexit, sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne a rendu encore davantage incontournable.  Entre Berlin et Paris les sources de discorde -qui ont toujours existé- se sont particulièrement multipliées, ces derniers mois, alors que les initiatives franco-allemandes ont longtemps permis à cette Union européenne d’avancer. Au point que l’on s’interroge désormais sur le leadership franco-allemand, volontiers contesté par les pays Baltes et la Pologne, que la guerre en Ukraine a placée sous les projecteurs. Regard sur la relation franco-allemande à quelques jours du soixantième anniversaire du traité franco-allemand dit aussi traité de l’Elysée, signé le 22 janvier 1963 par le Général de Gaulle, président de la République Française et par Konrad Adenauer, chancelier de la République fédérale d’Allemagne. Édition en partenariat avec la Revue Internationale et Stratégique  «(Re)penser la relation franco-allemande» Invités :  Hélène Miard-Delacroix, professeure d’Histoire et de Civilisation de l’Allemagne contemporaine à Sorbonne Université. Présidente du Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Allemagne (CIERA)  Jacques-Pierre Gougeon, historien et germaniste, ancien conseiller culturel à Berlin et à Vienne. Directeur de Recherche à l’IRIS   Gaspard Schnitzler, chercheur à l’IRIS et co-directeur de l’Observatoire de l’Allemagne.
Bilan 2022: Guerre en Ukraine et conséquences pour l'Europe
24-12-2022
Bilan 2022: Guerre en Ukraine et conséquences pour l'Europe
L'année 2022 a été très largement dominée par l’invasion russe de l’Ukraine commencée le 24 février 2022, à la surprise de bon nombre de pays, exception faite peut-être des États-Unis qui avaient pris au sérieux les signaux envoyés par Moscou. Destructions massives, villes ravagées et anéanties, carcasses d’immeuble éventrés, les innombrables morts civiles et militaires, les afflux de réfugiés… Toute la tragédie d’une guerre, comme d’autres pays la connaissent. On pense bien sûr à la Syrie ou à ces autres conflits pour lesquels l’année 2022 n’a pas apporté de solution. La résistance du peuple ukrainien a été saluée à de multiples occasions et continue de l’être alors que la Russie, à la peine dans le Donbass, se concentre désormais sur les infrastructures du pays… eau, électricité, violant le droit international humanitaire pour briser la volonté de résistance du peuple ukrainien.   La Russie est-elle en train de perdre la guerre ? Cette guerre d’Ukraine risque-t-elle d’irradier sur la planète toute entière ? Face à l’impasse actuelle, faut-il créer un processus de sortie ? Que signifie la guerre d’Ukraine pour l’Europe ? Peut-on parler d’accélération d’une prise de conscience géopolitique des Européens qui augmentent leurs budgets militaires mais ont du mal à surmonter leurs différences quant à la relation souhaitable et souhaitée avec les États-Unis ?  Invités :   Nicole Gnesotto, vice-présidente de l’Institut Jacques Delors. Dernier ouvrage : «Europe : changer ou périr», chez Tallandier 2022.   Michel Duclos, ancien ambassadeur. Conseiller spécial Géopolitique à l’Institut Montaigne et essayiste. «La France dans le bouleversement du monde», éditions de l’Observatoire. «Comment la Russie a perdu l'Occident» revue Commentaire.   Bertrand Badie, politiste, spécialiste des Relations internationales, professeur émérite des Universités à Sciences Po. «Le monde ne sera plus comme avant», éditions Les Liens qui Libèrent. «Vivre deux cultures. Comment peut-on naître franco-persan ?», éd. Odile Jacob.
Sahel et Afrique de l’Ouest: à l’heure de l’émancipation?
18-12-2022
Sahel et Afrique de l’Ouest: à l’heure de l’émancipation?
Géopolitique enregistrée à Abou Dhabi où s’est achevée, le 11 décembre 2022, la 15ème édition de la World Policy Conference. L’occasion pour chercheurs, politiques, économistes, intellectuels d’échanger pendant trois jours sur la situation internationale et les grands enjeux géopolitiques.  Au Sahel et en Afrique de l’Ouest, l’année 2022 a été agitée, entre les coups d’État à répétition, le départ de la force Barkhane du Mali, la montée du sentiment anti-français, la poussée du terrorisme jihadiste vers les États du Golfe de Guinée comme le Bénin, le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire, sans oublier la controverse suscitée par le position de plusieurs pays africains par rapport à l’invasion russe de l’Ukraine... Comment lutter efficacement contre l’expansionnisme des groupes armés jihadistes ? Que traduit l’accaparement du pouvoir par les militaires au Mali, au Burkina Faso, en Guinée et au Tchad ? Quels bénéfices et quels risques à faire alliance avec la Chine ou la Russie ? Peut-on parler de volonté d’émancipation par rapport à l’Occident et à la France, ancienne puissance coloniale ? Quel modèle de développement les Africains souhaitent-ils ?   Trois invités : - Cheikh Tidiane Gadio, président de l’Institut panafricain de Stratégie (Paix-Sécurité-Gouvernance) et ancien ministre des Affaires Étrangères du Sénégal - Alain Antil, directeur du Centre Afrique Subsaharienne de l’IFRI, l’Institut français de Relations Internationales. - Jean-Michel Sévérino, président d’Investisseurs et partenaires, directeur de recherche à la FERDI, Fondation pour les Études et la Recherche sur le Développement International, auteur de «Entreprenante Afrique» chez Odile Jacob.
Le monde en régression démocratique
04-12-2022
Le monde en régression démocratique
Que l’on compare les démocraties du début du XXè siècle à ce qu’elles sont devenues un siècle plus tard, on mesure les incontestables progrès, en termes de droit de suffrage, d’éducation des citoyens, de capacité d’information. Toujours en débat, la démocratie est un processus. Et elle parvient difficilement à être une valeur d’exportation. On évoquait après la chute du Mur de Berlin et de l’URSS, le triomphe universel de la démocratie politique, jointe à l’universalisation de l’économie de marché. Trois décennies plus tard, on mesure le retour des régimes totalitaires. Le tableau des progrès de la démocratie doit être nuancé par ses échecs et reculs en dehors du monde occidental -ce qui représente la plus grande partie de l’humanité. La dynamique est inversée et la question de savoir si notre monde ne serait pas entré dans une phase de régression démocratique aux antipodes des espérances passées se pose réellement. Invités :   Clémentine Fauconnier, maîtresse de conférences à l’Université de Haute-Alsace et rattachée au laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe  Pierre Buhler, diplomate, ancien ambassadeur de France en Pologne entre 2012 et 2016 Serge Sur, membre de l’Académie. Professeur émérite de l’Université Panthéon Assas, rédacteur en chef de la revue Questions internationales «Les démocraties à l’épreuve». (Rediffusion du 29 octobre 2022)
Où en est la Syrie en cette fin 2022?
03-12-2022
Où en est la Syrie en cette fin 2022?
Le conflit en Syrie a été le grand oublié de l’année 2022. Avec la guerre en Ukraine, l’attention médiatique s’est détournée de la Syrie et d’un conflit qui a fait les gros titres, plusieurs années durant. La guerre est pourtant toujours en cours, ponctuée de raids menés par trois pays : Israël, la Turquie et la Russie. La tension militaire ne faiblit pas dans le nord de la Syrie. Le 20 novembre 2022, Ankara lançait l’opération baptisée «Griffe épée», bombardant des positions kurdes du PKK et des Unités de protection du peuple YPG. Ankara accuse ces forces d’être à l’origine de l’attentat à Istanbul, le 13 novembre 2022, faisant 6 morts et 80 blessés. Les incursions de ces trois dernières années ont déjà consolidé l’empreinte turque dans la région... l’objectif d’Ankara étant de chasser les Kurdes de la frontière. Pendant ce temps, Bachar al-Assad poursuit sa politique de normalisation du régime marquée par une reprise de relations diplomatiques avec un nombre croissant de pays de la région. À l’occasion de la parution de «Syrie: le pays brûlé (2011-2021) le livre noir des Assad». Éd. du Seuil, Regard. Invités : Hala Kodmani, journaliste franco-syrienne. Grand reporter à Libération. « Seule dans Raqqa » éd Équateurs 2017 Ziad Majed, politiste, professeur et directeur du programme des études du Moyen-Orient à l’Université Américaine de Paris. «Syrie, la révolution orpheline» Actes Sud 2014 Joël Hubrecht, membre du Comité de rédaction de la Revue Esprit. Responsable du programme Justice Pénale Internationale et transitionnelle à l’Institut des Études et de la Recherche sur le droit à la Justice.
Les défis du Commonwealth face à une compétition géopolitique de plus en plus forte
27-11-2022
Les défis du Commonwealth face à une compétition géopolitique de plus en plus forte
Organisation internationale rassemblant près de 2,4 milliards de personnes, soit un tiers de la population mondiale, le Commonwealth connaît un profond questionnement après la mort d’Elizabeth II et l’accession au trône du Roi Charles III. Entre aspirations républicaines et demandes de réparations post-coloniales, l’organisation héritage direct mais, maintes fois transformé de l’Empire britannique s’interroge sur son avenir. Quel ciment va maintenir ensemble ces États ? En devenant une République, en novembre 2021, la Barbade a revigoré les mouvements antimonarchistes, en particulier dans les Caraïbes, mais aussi en Australie ou au Canada. Et nombreux sont ceux qui questionnent en coulisse l’utilité de cette structure et sa finalité. La tâche pour Charles III s’annonce délicate.   Invités :  Virginie Roiron, maître de conférences en Civilisation britannique et du Commonwealth à l’Institut d’Études Politiques de Strasbourg. Laurence Dubois, maître de conférences en Études anglophones. Spécialiste d’Histoire britannique à l’Université Paris X Nanterre. « L’asile de Hanwell, un modèle utopique dans l’histoire de la psychiatrie anglaise ? », éd. Presses Sorbonne Nouvelle.   Marc Chevrier, professeur à la Faculté de Science politique et de droit à l’Université du Québec à Montréal. « L’Empire en marche. Des peuples sans qualités, de Vienne à Ottawa », Presses de l’Université Laval, Hermann.