L'envert du décor

Le HuffPost

Oubliez ce que vous pensez savoir sur l'environnement. Ce podcast du HuffPost vous propose de regarder l’envers du décor environnemental, d’aller contre les idées reçues et d’apprendre comment agir (vraiment) pour la planète.

Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

read less

Il n'y a vraiment pas de bonnes raisons d'acheter votre eau en bouteille
06-07-2022
Il n'y a vraiment pas de bonnes raisons d'acheter votre eau en bouteille
L’eau potable coule de notre robinet et pourtant un Français sur deux continue d’acheter de l’eau en bouteille, selon le baromètre 2021 du Centre d’Information sur l’Eau. Le choix de l’eau est souvent une question de goût, mais pour la Planète et votre porte-monnaie l’avantage de l’eau du robinet coule de source. Pour en avoir le coeur net, l’Envert du décor, le podcast environnement du service du HuffPost, a mené son enquête.L’eau en bouteille est au moins 100 fois plus chère que celle du robinet et son impact environnemental est 450 fois plus important, révèle une étude suisse parue en 2015. Sans parler de la pollution plastique générée par le million de bouteilles plastiques vendues chaque minute dans le monde, selon les chiffes d’Euromonitor International. ----Les sources utilisées pour cet épisode :Interview de Raphaël Guastavi, chef de service Ecoconception & Recyclage à l’Ademe, interrogé sur le recyclage du plastique et les microplastiques. Interview d’Agathe Euzen, directrice de recherche du CNRS, responsable cellule eau au CNRS, questionnée sur la qualité de l’eau du robinet. Pourquoi l’eau du robinet n’a pas le même goût que l’eau minérale? Cet article de The Conversation: https://theconversation.com/jules-vaut-il-mieux-boire-de-leau-en-bouteille-ou-de-leau-du-robinet-178186L’Analyse cycle de vie de l’eau du robinet VS l’eau en bouteille, cet écobilan commandé par la Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux (SSIGE) La pollution du plastique, ces travaux de l’Ademe: https://librairie.ademe.fr/cadic/6402/guide-pratique-paradoxe-plastique-10-questions.pdf?modal=falseQualité de l’eau du robinet (nitrate, pesticides…): https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau#:~:text=Le%20plomb%20dans%20l’eau,Organisation%20mondiale%20de%20la%20sant%C3%A9.Pour savoir si l’eau du robinet est polluée dans votre région, carte sur le site du ministère de la Santé: https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau#Resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable-en-ligne-nbsp Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Ne croyez pas que le bio soit LA solution pour vous et la planète
10-06-2022
Ne croyez pas que le bio soit LA solution pour vous et la planète
Un tiers des fruits produits en Europe seraient contaminés par des pesticides, selon une étude de l’ONG Pesticide Action Network Europe publiée le 24 mai dernier. Ce chiffre montre à quel point les résidus de pesticides contaminent nos fruits et légumes.Pour la santé de la planète, sur le papier, l’agriculture biologique est plus respectueuse de l’environnement, du bien être animal et de la biodiversité que la conventionnelle. Il est vrai que ce mode d’agriculture qui n’utilise pas de pesticides a de nombreuses vertus. Mais il y a un ver dans la pomme, même bio: le labour détruit la biodiversité tout comme les pesticides.Alors c’est quoi une agriculture “vraiment” durable? Est-ce que des cultures sans pesticide et sans labour pourront nourrir les presque 10 milliards d’êtres humains que nous serons en 2050? On vous explique tout dans ce nouvel épisode du podcast environnement du HuffPost, L’Enver(t) du décor. Les sources utilisées :Cette interview du nutritionniste Arnaud Cocaul sur les bénéfices du bio sur la santé pour Le Parisien https://www.bing.com/search?q=Arnaud+Cocaul+(Le+Parisien+%2C+manger+bio%2C+c’est+souvent+meilleur+pour+la+santé+…+mais+pas+toujours)&cvid=66f06d15011845bc858bcef3790b97e2&aqs=edge..69i57.660j0j1&pglt=43&FORM=ANNTA1&PC=ASTSCet article de l’Inrae pour imaginer une agriculture bio à grande échelle : L’azote : un élément clé pour le développement de l’agriculture biologique | INRAE INSTITCette étude qui réfléchit à comment nourrir 9.5 milliards d’humains en 2050: Une agriculture biologique pour nourrir l’Europe en 2050 | CNRSCette autre étude qui émet des pistes pour une alimentation plus durable: Strategies for feeding the world more sustainably with organic agriculture | Nature CommunicationsCette étude qui révèle que manger moins de viande, plus utile que le bio pour la planète : Improvement of diet sustainability with increased level of organic food in the diet: findings from the BioNutriNet cohort | The American Journal of Clinical Nutrition | Oxford Academic (oup.com) Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Le plastique qui pollue l'océan ne provient que d'une poignée de fleuves
09-02-2022
Le plastique qui pollue l'océan ne provient que d'une poignée de fleuves
C'est un chiffre à peine croyable. 90% de la pollution plastique des océans…provient de seulement 10 fleuves dans le monde, selon une étude de 2017. Huit d'entre eux sont situés en Asie du Sud. Quand on sait que c’est 10 millions de tonnes de plastiques qui sont déversées dans les océans chaque année, comment un tel déséquilibre est-il possible? Et pourquoi les plays les plus riches ne font-ils pas partie des mauvais élèves, alors même qu'ils contribuent largement au trite état de la planète? Alors que s'ouvre le 9 février le One Ocean Summit, l'Enver(t) du décor, le podcast environnement du service sciences du HuffPost, se penche sur les microplastiques qui tuent la faune et la flore. Pour comprendre d'où vient le problème, et réussir à le contrôler avant qu'il ne nous échappe totalement, il faut remonter un cran plus haut, et aller voir les fleuves qui déversent toujours plus de déchets dans la grande bleue.Les sources utilisées: L'étude originelle qui lie 90% de la pollution plastique à 10 fleuves mondiauxUne estimation du nombre de tonnes de plastique rejetées dans l'océan chaque annéeUn article sur les mesures prises par la Chine contre la pollution du YangtzeL'explication portant sur les fleuves en tant que "réservoirs de plastique"Le rapport des Nations Unies sur la pollution plastique des océans par les grands fleuvesLa décision d'arrêt d'exportation des déchets...or OCDE Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Un conte de Noël pour enfin savoir si un sapin peut être écolo
30-12-2021
Un conte de Noël pour enfin savoir si un sapin peut être écolo
[REDIFFUSION] Quel est le coût environnemental caché derrière l'arbre de Noël dans notre salon? En clair, peut-on encore couper des sapins juste pour fêter Noël en 2021?La réponse courte est oui, sans hésitation. Même en s’y prenant de la pire manière, cela ne représente que 0,14% de l’empreinte carbone annuelle moyenne d’un Français. Une goutte d’eau dans l’océan du réchauffement.Fin de l’histoire? Pas vraiment, car cette question en appelle d’autres, bien plus complexes. Pour les aborder avec légèreté, Le HuffPost a imaginé un conte de Noël écolo dans cet épisode de fin d’année de L’enver(t) du décor, notre podcast environnement.Les sources utilisées:Un article sur la polémique sur le sapin de Noël de Bordeaux et les explications de Pierre HurmicL’empreinte carbone d’un sapin de Noël naturel ou en plastique est calculée en estimant le cycle de vie complet. L’analyse de la société de conseil Ellipsos est l’une des plus poussées. D’autres travaux (ici, ici et là) arrivent à des résultats dans les mêmes ordres de grandeur.L’empreinte carbone moyenne d’un Français est de 11200 kg d’équivalent CO2 émis par an, selon le gouvernement. C’est en rapportant le coût d’un sapin de Noël (entre 3,5 et 16 kg environ, en fonction de la fin de vie de l’arbre une fois les fêtes passées) que le pourcentage a été calculé: de 0,14% à 0,03% de l’empreinte annuelleL’inventaire forestier de l’IGN répertorie la surface forestière depuis 1840, le volume, mais aussi le nombre de “tiges”, plus ou moins équivalent au nombre d’arbres.Le rapport de l’IPBES sur la biodiversité, qui évoque la monocultureLe label Plante bleueCatherine Collet est chercheuse à l’Inrae, spécialiste de la régénération forestière. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Bière ou vin, c'est quoi le pire pour la planète ?
15-12-2021
Bière ou vin, c'est quoi le pire pour la planète ?
Avez-vous déjà pensé à l’impact carbone de votre coupe de champagne en trinquant le soir du Nouvel an ? La réponse est sûrement non (et ça se comprend). Mais l’ivresse des fêtes n’est pas une partie de plaisir pour la planète.  Près d'1% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde seraient dues à l'alcool. Boire de l’alcool a en effet une empreinte écologique importante entre la culture de la plante, le transport, et surtout… le contenant (bouteille en verre, plastique, canette, cubi). Parce que le verre n’est pas toujours vert, pour réduire l’impact carbone de l'alcool il faut changer d’emballage. Des Bag in Box aux Bio’teilles, vous découvrirez de nouvelles façons de consommer mieux, sans se priver.Sans modération, nous répondrons à toutes vos questions dans ce nouvel épisode de l’Enver(t) du décor, le podcast environnement du service sciences du HuffPost.Les sources utilisées:Jean Marc Touzard, directeur innovation de l’Inrae et ingénieur agronomeCette étude danoise de 2010 a comparé l’impact environnemental du vin, de la bière et de d’autres spiritueuxCe rapport de l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie (Ademe)Un article qui parle des émissions de gaz à effet de la serre de la bièreUne étude britannique sur l’analyse cycle de vie de la bièreCette vidéo sur les “Bio’teilles”, des contenants plus écologiques Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Pourquoi tous les écolos ne sont pas décroissants ?
22-09-2021
Pourquoi tous les écolos ne sont pas décroissants ?
Mi septembre, c'était le 1er tour de la primaire écologiste. À cette occasion, l'Enver(t) du décor, le podcast environnement du HuffPost, passe en live vidéo pour la toute première fois...avec une thématique: la décroissance: pourquoi ce n'est pas ce que vous croyez, et pourquoi elle va jouer rôle considérable dans les débats, non seulement chez les écolos, mais ailleurs sur l'échiquier politique durant la campagne présidentielle.On s'excuse d'avance pour la qualité sonore, moins bonne que d'habitude. Pour revivre le live en vidéo, c'est par ici: https://www.youtube.com/watch?v=kNCdw8bPm5E&t=2019sLes sources utilisées :Un récapitulatif des programmes des candidats par Le MondeL’évolution des principaux indicateurs de développement depuis des siècles et les débats qui y sont liésUne étude évoquant la décroissance et les sociétés sans croissanceUne https://www.nouvelobs.com/idees/20201011.OBS34573/je-voulais-ecrire-l-absolu-anti-1984-quand-damasio-parle-d-orwell.html#modal-msg d'Alain DamasioUn article de L'Obs qui évoque les termes alternatifs à la décroissanceLa citation de Simon Kuznets, l'inventeur du PIBUn article du blog BonPote sur la décroissanceUne étude de Jason Hickel sur le concept de la décroissanceUne critique de la décroissance par l'économiste Branko MilanovicL'interview de Delphine Batho dans ReporterreLe sondage Odoxa pour le Medef sur la décroissance Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.