Choses à Savoir TECH VERTE

Choses à Savoir

Tout ce qu'il faut savoir dans le domaine de la Green Tech. read less

Éolien & solaire : la France n’atteindra pas ses objectifs en 2023 ?
Hier
Éolien & solaire : la France n’atteindra pas ses objectifs en 2023 ?
D’après le Baromètre annuel Observ'ER , la France devrait peiner à atteindre ses objectifs en matière d'énergie éolienne et solaire cette année. Le gouvernement français avait pour objectif d’atteindre les 25 GW d'énergie issues de l’éolien d'ici la fin de 2023 et d’atteindre 20 GW de capacité solaire. Cependant, les dernières projections d’Observ’ER montrent que le pays ne pourra pas atteindre ces objectifs à temps. Concrètement, les problèmes techniques et les obstacles administratifs continuent de freiner le développement des énergies renouvelables en France. Les délais d'autorisation sont souvent plus longs que prévu, ce qui ralentit le déploiement de nouvelles installations. De plus, la complexité du processus administratif, associée à la forte opposition de certains groupes, peut également entraver les projets. En septembre dernier, la France comptait à peine 16 GW de capacités photovoltaïques, mais au rythme actuel, le parc national ne devrait compter finalement que 19 GW à fin 2023. Si l’on compare à l’objectif de 2028, entre 35 et 44 GW espéré, on constate en effet que l’on en est encore loin. Pour de nombreux observateurs, cette nouvelle édition du baromètre Observ’ER montre je cite « le fossé entre les ambitions affichées, les déclarations et la réalité du terrain » fin de citation. Un projet de loi visant à rattraper le retard de la France en matière d'énergies renouvelables a pourtant été adopté en première lecture à l'Assemblée, début janvier, non sans diviser les députés. Cependant, malgré tous ces défis, certains experts estiment que le pays peut encore atteindre ses objectifs si les obstacles actuels sont surmontés. Par exemple, en accélérant les délais d'autorisation, en simplifiant le processus administratif et en gérant les objections des groupes en opposition. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
De l’acier vert sans émission de CO2 ? C’est possible !
Il y a 2d
De l’acier vert sans émission de CO2 ? C’est possible !
Quand on pense pollution et rejet de CO2, on pense évidemment à l’industrie. Et si l’on regarde un peu plus en détail, c’est la sidérurgie qui est l’une des industries les plus polluantes au monde, entre 7 et 9% des émissions mondiales de dioxyde de carbone. Rien de très étonnant finalement, quand on sait que ce marché représente à lui seul 1 600 milliards de dollars, et que l’on retrouve de l’acier absolument partout autour de nous, dans nos habitations, nos voitures, etc… Quoiqu’il en soit, un verdissement du secteur de l’acier semble inévitable, et c’est justement ce que propose la start-up Boston Metal, qui depuis 10 ans déjà prouve qu'une production d’acier sans émission de CO2 était possible. Avant toute chose, que signifie l’appellation « acier vert » ? Et bien, il s’agit tout simplement d’un acier produit à partir de ressources renouvelables et qui a un impact environnemental considérablement réduit par rapport à l'acier traditionnel, voire même quasiment invisible puisque les émissions de CO2 sont presque réduite à néant. Ceci dit, si aujourd’hui Boston Metal se développe rapidement, c’est grâce à l’investissement massif de deux géants : Microsoft et ArcelorMittal. Si l’on ne sait pas exactement combien d’argent Microsoft a investi dans la start-up, le spécialiste européen de l’acier ArcelorMittal a pour sa part déboursé 36 millions de dollars, pour une levée de fonds totale qui a atteint les 120 millions. Un beau chèque qui devrait permettre, je cite, « d'accélérer la production d’acier dit vert dans l’usine de Woburn, dans le Massachusetts, et de soutenir la filiale brésilienne de Boston Metal avec la construction d’une première aciérie en 2024, puis en 2026, d’une usine de taille moyenne » fin de citation. Si vous ne connaissez pas Boston Metal, et bien sachez que la start-up est considérée comme l’une des entreprises les plus prometteuses dans la conception d’acier dit « propre ». C’est en 2013 qu’elle a vu le jour, sur le campus du MIT, après que deux professeurs, Donald Sadoway et Antoine Allanore aient publié un article dans la revue scientifique Nature prouvant qu’il était possible de générer de l’acier en n'émettant quasiment aucun gramme de CO2. Conscients du potentiel immense de leur découverte, les deux hommes se sont empressés de breveter leur technologie sans jamais en dévoiler le détail, qu’ils ont mis à l’œuvre jusqu’à aujourd’hui à l’abri des regards via leur entreprise Boston Metal. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Bill Gates veut sauver la Terre des... gaz de vaches ?
Il y a 3d
Bill Gates veut sauver la Terre des... gaz de vaches ?
Le co-fondateur de Microsoft, Bill Gates, a annoncé un nouvel engagement pour lutter contre le changement climatique. Cette fois, le milliardaire veut lutter contre les émissions de méthane provenant des rots et des pets des bovins. Concrètement, Bill Gates a annoncé qu'il investirait dans des entreprises et dans des projets de recherche visant à réduire ces émissions, tout comme il l’a déjà fait à hauteur de 12 millions d’euros avec Rumin8. Dans le détail, cette start-up propose une nourriture alternative pour limiter la fermentation des fibres, responsable de la production de méthane dans l’estomac de ces animaux. En l'occurrence, la start-up travaille sur un complément alimentaire à base d'algues rouges qui diminuerait la production de gaz. Concrètement, l'objectif de Gates est de réduire de moitié les émissions de méthane provenant de l’agriculture, et plus précisément du bétail d'ici 2030. Pour atteindre cet objectif, il a également appelé les gouvernements à faire de même, en soutenant des initiatives similaires dans leur pays. À noter que d’après l’ONU, le méthane est un puissant gaz à effet de serre, dont le pouvoir de réchauffement est plus de 80 fois supérieur à celui du CO2. Outre l'investissement dans des entreprises et des projets de recherche, Gates s'engage également à travailler avec les agriculteurs pour les aider à adopter des pratiques plus durables et à réduire les émissions de méthane. Ceci dit, le milliardaire américain n’est pas la seule grande fortune à se lancer dans un tel projet puisque, tout comme lui, Jeff Bezos, fondateur d’Amazon et Jack Ma, ex-patron d’Alibaba, maison mère de Google, ont eux aussi investi dans Rumin8. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Utiliser des satellites pour lutter contre le plastique ?
Il y a 4d
Utiliser des satellites pour lutter contre le plastique ?
Les nombreuses images de décharges marines ou encore du continent de plastique nous ont montré à de multiples reprises que la pollution plastique est un problème majeur pour l’environnement. Elle affecte en effet non seulement les océans en surface, mais aussi les écosystèmes marins, les animaux qui y habitent, les champs, les forêts, les rivières et a également un impact significatif néfaste sur la santé humaine. Pour faire face à ce que l’on pourrait considérer comme une catastrophe, des scientifiques et des ingénieurs se tournent vers les satellites pour surveiller et lutter contre le plastique. En clair, des informaticiens américains ont mis au point un outil qui exploite les données en libre accès des satellites Sentinel-2 de l'Agence spatiale européenne. Ces derniers observent la Terre en continu depuis 7 ans, en repassant au même endroit tous les 5 jours. Couplé à une puissante intelligence artificielle, cet outil devient un gendarme du plastique depuis l’espace ! À noter que l’IA de cet outil a été entraîné pour reconnaître la signature visuelle des décharges plastiques. Testé en Indonésie, le système a 374 décharges, soit deux fois plus que celles qui sont officiellement recensées. Autre intérêt non-négligeable, le fait que ces satellites puissent traquer les déplacements des déchets plastiques en mer. Ce suivi permet donc de cartographier les routes de déplacement des déchets plastiques et de cibler les zones les plus touchées pour y mener des actions de nettoyage. À noter que ces satellites peuvent également être utilisés pour surveiller les activités humaines qui sont à l'origine de la pollution plastique. Un atout essentiel quand on sait que cette année, environ 11 millions de tonnes de plastiques devraient être déversés dans l'océan d’après les projections des scientifiques… un chiffre qui pourrait même tripler d'ici 2040, sachant que 90% de cette pollution vient des rivières, où s’amoncellent les déchets avant d’être déversés naturellement dans les mers et les océans. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
La couche d’ozone bientôt totalement reformée ?
Il y a 1 semaine
La couche d’ozone bientôt totalement reformée ?
La couche d'ozone, qui protège la Terre des rayons ultraviolets nocifs du soleil, est en train de se reformer plus vite que prévu. Selon une étude publiée dans la revue Nature début janvier, la couche d'ozone pourrait être complètement réparée d'ici 2066. Placée sous très haute surveillance depuis 1985, l’évolution du trou dans la couche d’ozone semble aller dans la bonne direction, selon le dernier rapport de l’ONU. Chaque année, en septembre, à la fin de l’hiver polaire, une diminution drastique des niveaux d’ozone atmosphérique engendre un trou dans notre bouclier planétaire. À l’origine de cet accroc : l’utilisation de chlorofluorocarbures (CFC), des gaz utilisés en grande quantité dans de nombreux domaines comme les réfrigérateurs, les climatiseurs et les aérosols. Ceci dit, ces derniers ont été progressivement bannis dans les années 1980 et 1990 grâce à la mise en place de protocoles internationaux tels que le protocole de Montréal. Je cite l’étude, « [Les CFC], à l’origine, étaient des gaz assez "magiques", parce qu’ils sont tout à fait inoffensifs pour la santé. Ils sont incolores, inodores, ils ne prennent pas feu… Il n’y avait que des avantages à ces gaz quand on a commencé à les introduire dans les années 1970 » fin de citation. Aujourd’hui, les scientifiques ont découvert que les efforts internationaux pour réduire les émissions de CFC ont eu un impact beaucoup plus important que prévu sur la récupération de la couche d'ozone. En utilisant des données satellites et des modèles climatiques, ils ont constaté que la couche d'ozone dans l'hémisphère sud (où elle avait été la plus endommagée) s'est considérablement épaissie au cours des dernières décennies. Bien que ces résultats soient encourageants, les chercheurs soulignent qu'il est important de continuer à réduire les émissions de CFC et d'autres produits chimiques nocifs pour l'ozone pour s'assurer que la récupération se poursuive. Ils rappellent également que la couche d'ozone n'est pas encore complètement réparée et qu'il reste encore beaucoup de travail à faire pour protéger notre planète contre les rayons ultraviolets nocifs. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Un nouveau calculateur pour connaître son empreinte environnementale ?
25-01-2023
Un nouveau calculateur pour connaître son empreinte environnementale ?
Le réseau Global Footprint Network a lancé un nouveau calculateur d'empreinte écologique qui permet aux particuliers et aux entreprises de mesurer leur impact environnemental. Gratuit et disponible en ligne (le lien est dans la description de cet épisode), ce calculateur est basé sur les données les plus récentes et les plus fiables à propos des gaz à effets de serre et à l'utilisation des ressources naturelles. Selon le réseau Global Footprint Network, comprendre son empreinte écologique, c’est comprendre comment les humains utilisent les ressources naturelles et comment cela affecte l'environnement. Ainsi, si vous connaissez l’impact de vos choix sur le monde, alors vous pourrez plus facilement comprendre que, multiplié par plus de 7 milliards de personnes, les conséquences peuvent être lourdes pour l’environnement. Voilà grossièrement résumé l’intérêt de ce calculateur, qui concrètement, permet aux utilisateurs de mesurer leur impact en matière d'énergie, de nourriture, d'habitat, de mobilité et d'autres domaines clés. Évidemment, l’idée n’est pas de culpabiliser qui que ce soit, mais de tendre vers une prise de conscience comme quoi l’abondance, c’est fini, pour paraphraser notre président, et surtout d’aider à réduire notre impact grâce à des conseils pour changer nos habitudes. Vous vous en doutez, les résultats proposés par l'outil montrent qu’un particulier comme une entreprise peut avoir un impact important sur l'environnement, mais, que des changements simples dans les habitudes de consommation peuvent également réduire cet impact de manière significative. Les utilisateurs peuvent également comparer leur empreinte écologique à celle d'autres pays ou régions, ce qui permet de mieux comprendre les tendances mondiales. De son côté, le réseau Global Footprint Network espère que son calculateur d'empreinte écologique aidera le plus grand nombre à prendre conscience de leur impact personnel et à adopter des pratiques plus durables, tout en soulignant que ces changements d’attitude devront impérativement être soutenu par des politiques et réglementations spécifiques pour être réellement efficace. Calculateur : https://www.footprintcalculator.org/sponsor/FR/fr Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Une exoplanète habitable à 100 années-lumière de la Terre ?
24-01-2023
Une exoplanète habitable à 100 années-lumière de la Terre ?
En 2020, la NASA annonçait la découverte d'une exoplanète, nommée TOI 700 d, qui se trouve dans la zone habitable de son étoile. On dit de cette zone qu’elle est "habitable" car les conditions y sont propices à la présence d'eau liquide, ce qui augmente les chances d’y trouver de la vie. Dans le détail, TOI 700 d est une exoplanète qui orbite autour d'une étoile naine rouge, située au sein de la constellation de la Dorade dans l'hémisphère sud de notre galaxie, à 100 années-lumière de la Terre. Elle se trouve dans la zone habitable de son étoile, ce qui signifie que les températures à sa surface sont suffisamment chaudes pour que l'eau y soit présente sous forme liquide. Il s’agit d’une découverte importante car c'est la première fois qu'une exoplanète de ce type est découverte dans la zone habitable d'une étoile naine rouge. Ça, c’était en 2020. Trois ans plus tard, la NASA révèle avoir identifié une sorte de sœur jumelle à cette planète, nommée TOI 700 e, de 95 % la taille de notre Terre. Qu’il s’agisse de TOI 700 d ou e, les chercheurs estiment que les planètes du système TOI 700 mettent probablement le même temps à faire un tour sur elles-mêmes (on appelle ça la période de rotation) qu'à faire le tour de leur étoile (la période de révolution)… Ainsi, ce serait toujours la même face qui serait éclairée. Pour l’instant, ni la NASA ni aucun autre laboratoire ayant travaillé sur le système TOI 700 n’a communiqué plus de détail que ce que je viens de vous expliquer. Si de nombreuses questions restent encore sans réponse, la découverte de TOI 700 e a de quoi faire rêver, d’une part les amateurs d’astronomie, mais aussi tous ceux qui rêveraient que l’espèce Humaine voyage dans l’espace et s’installe sur d’autres planètes, à l’image de nombreuses histoires de science-fiction. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Qu’est-ce que l’opération extrême Deep Climate ?
23-01-2023
Qu’est-ce que l’opération extrême Deep Climate ?
Deep Climate, c’est le nom d’une vaste étude menée par Christian Clot, fondateur du Human Adaptation Institute, dont le but est de tester la résistance humaine face à des conditions météorologiques extrêmes. Ainsi, une équipe de 20 volontaires, 10 hommes et dix femmes sans aucune expérience de l’aventure sont récemment revenu de la première des trois expéditions prévues par Deep Climate, au cœur de la très hostile forêt guyanaise. Ils ont vécu 40 jours en autonomie dans la forêt guyanaise, sous 35 degrés et 100% d'humidité. Durant cette période, vingt Français âgés de 25 à 52 ans, ont dû à la fois observer l’environnement, marcher plusieurs kilomètres par jour et s’adapter aux dangers de la forêt comme les risques de chute d’arbre et des morsures d’animaux. Durant leur séjour tout comme à leur retour en France, les participants sont suivis par une équipe de scientifiques, dont des chercheurs de l’Inserm, du CNRS, ou de l’Institut du cerveau qui leur font passer toute une batterie de tests pour observer la réaction de leur corps et de leur cerveau à ces conditions météo dont ils n’ont pas l’habitude, mais qui avec le changement climatique pourraient bien devenir monnaie courante. Après quelques semaines de répit, ces vingt participants se rendront prochainement en Laponie pour un autre séjour d’une quarantaine de jours, mais cette fois pour tester leur résistance physique et mentale au froid extrême. Puis enfin, troisième et dernière étape de ce programme, le désert saoudien, où l’air est sec et brûlant le jour, mais glacial la nuit. D’ailleurs, si vous ne le saviez pas, l'opération Deep Climate est un projet de long terme qui a démarré en 2020 et devrait se poursuivre pendant plusieurs années. Les résultats de cette expédition permettront aux chercheurs de mieux comprendre les répercussions des changements climatiques sur la santé humaine et de développer des stratégies pour aider les populations à s'adapter aux conditions climatiques extrêmes. Les résultats pourront également contribuer à l'élaboration de politiques publiques pour protéger la santé des populations exposées aux changements climatiques. Pour l’heure, on ne sait pas précisément quand les conclusions de cette étude seront rendues publiques. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Nucléaire : qu’est-ce que le projet Cigéo ?
22-01-2023
Nucléaire : qu’est-ce que le projet Cigéo ?
Ces derniers mois, le parc nucléaire français était pour moitié à l’arrêt, faisant craindre une pénurie d’électricité cet hiver, notamment quand les énergies renouvelables et la flambée des combustibles fossiles n’ont pas pu pallier la baisse de production. Dans ce contexte mondial d’inflation et de manque d’énergie, le nucléaire est redevenu pour beaucoup une source d’énergie privilégiée, à l’image du président Macron qui entre son premier et son second mandat, a visiblement changé son fusil d’épaule en faveur du nucléaire. Problème, le nucléaire produit des déchets. Et ces déchets sont autrement plus inquiétants que le CO2, puisqu’ils produisent des radiations nocives durant des milliers d’années, voire plus. C’est donc pour tenter de protéger les humains et la nature de ces radiations que le projet Cigéo a été imaginé à en croire ses initiateurs. Cigéo, qui signifie Centre industriel de stockage géologique, est un projet visant à stocker les déchets radioactifs de manière définitive dans des couches géologiques profondes à Bure dans le département de la Meuse, soit dans l’Est du pays, entre Nancy et Troyes. Concrètement, les déchets seront stockés dans des containers en acier inoxydable et recouverts de béton pour protéger les couches géologiques environnantes, le tout entreposé dans des cavités creusées à environ 500 mètres sous terre. D’après l'Andra, ce projet est sûr et respectueux de l'environnement, et permettra de protéger les générations futures contre les risques liés à la radioactivité. Mais vous vous en doutez, de nombreux opposants affirment que le projet est à l’inverse dangereux, à la fois sanitairement, mais aussi financièrement, puisque le coût du projet devrait être de 25 milliards d’euros sur 150 ans, soit plus de 166 millions par an aux frais du contribuable. Ces mêmes opposants affirment aussi qu'il n'y a aucune garantie que les déchets radioactifs resteront en sécurité pendant les milliers d'années nécessaires pour leur décontamination. Malgré ces objections, le projet Cigéo est actuellement en cours d'examen par les autorités françaises, et une décision finale sur son adoption devrait être prise dans les prochaines années. S’il est accepté, les travaux devraient débuter en 2027. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Des milliers de GWh d’électricité perdues à cause des éoliennes ?
19-01-2023
Des milliers de GWh d’électricité perdues à cause des éoliennes ?
D’après les chiffres de RTE qui gère le transport de l’électricité en France, les éoliennes ont produit 7,5% de l'électricité consommée en 2020, soit 20,5 TWh. Ceci dit, avec sa nouvelle loi pour les énergies renouvelables, le gouvernement compte bien faire passer la part des énergies renouvelables à près de la moitié du mix énergétique d’ici 2040. Si l’on regarde hors de nos frontières, certains de nos voisins sont bien plus avancés sur le développement des énergies renouvelables. C’est notamment le cas du Royaume-Uni… Ceci dit, qui aurait imaginé que trop de vent forcerait le pays à arrêter ses éoliennes ? En effet, le Royaume-Uni aurait dépensé plus de 240 millions d'euros rien que l’an dernier pour éteindre ses parcs éoliens. Une décision plus que surprenante quand on sait que le coût de l’énergie a été une part très importante de l’inflation, et par conséquent de la crise économique qui touche le pays depuis l’an dernier. Forcément, en mettant volontairement ces éoliennes à l’arrêt, le pays a perdu des milliers de GWh d’électricité. Mais le plus étonnant encore, c’est que le gouvernement britannique a plus de 800 millions d'euros pour relancer des centrales à gaz, justement pour remplacer cette énergie éolienne définitivement perdue. Au total, cette dérive énergétique du Royaume-Uni aura coûté plus d’un milliard d’euros aux contribuables, et émis 1,5 million de tonnes de CO2 supplémentaires. Ça c’est pour le constat. Maintenant, penchons-nous sur les causes. En fait, c’est en partie la répartition des grands parcs éoliens du pays, ainsi que les décisions politiques prises par le passé qui ont mené à cette situation où le pays gaspille quasiment autant d'énergie provenant des éoliennes qu'il en utilise. Ces éoliennes en question sont souvent installées dans des zones éloignées des centres de consommation, soit dans le Nord de l’Ecosse ou sur les côtes de l’Atlantique. Ainsi, il peut y avoir des problèmes de transmission sur les réseaux électriques, surtout en termes de synchronisation. En effet, l'énergie éolienne étant variable et imprévisible, une surproduction sans besoin de la part des habitants entraîne une perte d’électricité définitive et à contrario, une sous-production qui ne répond pas aux besoins des usagers entraîne une pénurie. Autre souci, le manque de clarté entre les politiques énergétiques du pays et celle de l’UE. Depuis le Brexit il y a 3 ans, aucun accord formel sur l'énergie n’a été signé entre l'UE et le Royaume-Uni. Avant le Brexit, le Royaume-Uni était partie intégrante de l'Union Européenne et de son marché de l'énergie intérieur, donc il était lié par les politiques et les règles de l'UE en matière d'énergie. Ainsi, pour limiter ces pertes, le Royaume-Uni compte investir dans les technologies de stockage d'énergie ou encore l'intégration de systèmes de « smart-grid » permettant une meilleure gestion des variations de production d'énergie éolienne. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Que vaut le projet de loi sur les énergies renouvelables ?
18-01-2023
Que vaut le projet de loi sur les énergies renouvelables ?
Dans le cadre de sa lutte contre le changement climatique, le gouvernement français est parvenu à faire adopter son projet de loi sur les énergies en première lecture à l'Assemblée nationale cette semaine. Objectif : augmenter la part des énergies renouvelables dans la production d'électricité à 32% d'ici 2030, puis à 40% d'ici 2040. Sont concernées, l’éolien, le solaire, la géothermie, la biomasse et les micro-énergies renouvelables. Parmi les mesures proposées dans le projet de loi, on retrouve la mise en place d'un mécanisme de soutien pour les projets d'énergies renouvelables, notamment pour les projets de petite taille, comme les installations de panneaux solaires sur les toits des bâtiments. Concrètement, un premier fond sera créé pour aider à les financer en ville, puis un second concernera les projets d'énergies renouvelables dans les campagnes et les îles. Reste à savoir de quelles sommes ils seront dotés. L'autoconsommation d'énergie renouvelable sera également favorisée, en permettant notamment aux particuliers et aux entreprises de produire leur propre électricité à partir de sources renouvelables, et de la consommer sur place, plutôt que de la revendre au réseau électrique. À noter que des incitations financières pour le développement des véhicules électriques et des systèmes de stockage d'énergie sont également prévus, à nouveau, sans que l’on connaisse le montant exact. Enfin, le projet de loi prévoit des mesures, je cite « pour renforcer la transparence et la qualité de l'information sur les émissions de gaz à effet de serre, ce qui devrait permettre aux consommateurs de mieux comprendre les impacts environnementaux de leur consommation d'énergie » fin de citation. Si ce dernier point est peut-être un peu abstrait et mériterait d'être éclairci par le gouvernement, ce projet de loi devrait accélérer la transition écologique française qui n'avance pas très vite. En effet, l'Hexagone est le plus mauvais élève de l’Europe, le seul à n’avoir pas atteint les objectifs fixés par l’Union européenne 23 % d'énergie décarbonée en 2020... il y a trois ans, la France était sous la barre des 20 %. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Un immense gisement de terres rares découvert en Suède ?
17-01-2023
Un immense gisement de terres rares découvert en Suède ?
La Suède a récemment fait une découverte majeure en matière de terres rares. En effet, plus d'un million de tonnes de matériaux précieux ont été identifiés dans la région de Kiruna, dans le Grand Nord du pays. En clair, il s'agit du plus grand gisement connu sur le continent européen à ce jour… ce qui aura à coup sûr des répercussions positives sur notre industrie technologique. Si vous ne le saviez pas déjà, les terres rares sont des métaux et des minéraux utilisés dans de nombreuses technologies comme les téléphones portables, les ordinateurs, les batteries électriques ou encore les turbines éoliennes. Ils sont également utilisés dans les technologies de défense, comme les missiles et les systèmes radars. Dans le contexte actuel de dérèglement climatique, de crise de l’énergie et de conflit armé en Ukraine, vous comprenez désormais pourquoi la découverte de ce gisement en Suède tombe à pic. C’est aux chercheurs de l'Université de Uppsala que l’on doit cette découverte. Ces derniers ont utilisé des techniques de prospection géologique avancées pour localiser ces métaux, qui ont révélé un gisement riche en terres dysprosium, yttrium et neodymium notamment. À noter toutefois que cette découverte est encore à un stade préliminaire et qu'il reste encore beaucoup de travail à faire avant que les terres rares puissent être extraites et utilisées. Je cite Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, lors de son discours sur l'État de l’Union en septembre dernier, « rien que nos besoins en terres rares vont être multipliés par cinq d'ici 2030 » fin de citation. Ainsi, cette découverte aura à coup sûr des conséquences importantes pour l'industrie technologique en Europe. Actuellement, la plupart des terres rares utilisées proviennent de Chine, qui détient environ 80 % de la production mondiale. Sur le plan écologique, ce gisement suédois permettrait de réduire significativement la pollution liée à leur exploitation. Reste à savoir quel procédé d’extraction sera utilisé, mais d’après le gouvernement suédois, tout sera mis en œuvre pour préserver au maximum la nature. À en croire cette affirmation, l’Europe n’aura donc plus besoin demain d’importer autant de terres rares chinoises qu’aujourd’hui, ce qui réduira sensiblement la pollution importée, à la fois liées aux techniques très polluantes de l’industrie minière chinoise, mais aussi celle liée au transport. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Les énergies renouvelables plus exploitées que le charbon dans 2 ans ?
16-01-2023
Les énergies renouvelables plus exploitées que le charbon dans 2 ans ?
C’est une belle note d’espoir qui nous parvient aujourd’hui, puisque d’après l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), le paysage énergétique mondial change bien plus vite qu’on l’aurait imaginé. Concrètement, la quantité d’électricité issue des sources d’énergies renouvelables devrait dépasser d’ici deux ans celle issue du charbon. Clairement, le contexte actuel de pénurie d’énergie en Europe a fait bouger les lignes. Si pour beaucoup, développer les énergies renouvelables rime avec préservation de l’environnement, c’est aussi, et de façon plus pragmatique, un enjeu de souveraineté énergétique pour de nombreux pays dépendant, comme en Europe, du gaz Russe par exemple. Ainsi, l'Agence internationale de l'Énergie (AIE) prévoit que l'augmentation de la production dans le secteur du renouvelable soit deux fois plus importantes dans les 5 ans à venir, qu'au cours des cinq dernières années. Si l’AIE ne dégage là qu’une tendance pour l’Europe, les Etats-Unis de leurs côtés ont adopté une loi sur la réduction de l'inflation qui d’après de nombreux analystes témoigne de l'engagement du pays à investir dans les énergies renouvelables de façon durable. Résultat : les investisseurs privés ont déjà investi près de 10 milliards de dollars dans ce secteur. À noter également que selon les prévisions de l’AIE, la Chine, qui est à la fois le plus gros pollueur du monde et le plus gros producteur d’énergie renouvelable en même temps, devrait concentrer la moitié des nouvelles capacités de production d'énergie renouvelable dans les cinq prochaines années ! Vous l’avez compris, les énergies renouvelables constituent désormais un enjeu stratégique au niveau politique, mais aussi pour l’humanité, et d’après l’AIE, les cinq prochaines années seront déterminantes avec l’arrivée de profonds changements dans le secteur de l’énergie. Pour l’Agence, la capacité mondiale d'énergie renouvelable atteindra 2 400 gigawatts en 2027, soit je cite « la production sur un an, tous secteurs confondus de la Chine » fin de citation. L’AIE observe que la production de charbon devrait donc être dépassée d’ici peu, étant donné que 90% des nouvelles infrastructures énergétiques seront liées au renouvelable. Enfin, l’Agence conclut son analyse en expliquant que durant les cinq prochaines années, le monde devrait produire plus d'énergie sans émissions de CO2 que durant les deux dernières décennies. Reste désormais à savoir si en parallèle, les émissions de gaz à effet de serre baisseront réellement ou non. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Un outil qui informe les entreprises de leurs obligations écologiques ?
15-01-2023
Un outil qui informe les entreprises de leurs obligations écologiques ?
Tandis que l’ensemble de la planète partage le constat qu’il faille absolument changer nos habitudes et verdir notre quotidien, nombreux sont les pays à traîner des pieds. Ceci dit, d’autres en première ligne niveau écologie, mettant en place des législations spécifiques, notamment à l’attention des entreprises. Pour sa part, la France est à la croisée des chemins, mais fait des efforts. Si certains les jugent comme étant insuffisants, les entreprises françaises, elles, sont désormais contraintes d’appliquer un certain nombre de règlements et de mesures. Ceci dit, comment se retrouver parmi toutes ses obligations ? C’est justement à cette problématique que l’entreprise Greenly, experte en stratégie bas-carbone, tente de répondre avec un outil permettant à chaque entreprise de s’informer sur les obligations environnementales. Afin que les entreprises restent à l'affût des réglementations en matière d’écologie, la plateforme Greenly leur propose « Legislation Checker », un outil disponible en seulement quelques clics. Ainsi, petites comme grandes entreprises peuvent utiliser cette plateforme en ligne afin de s’informer et de prendre connaissance des démarches de certification qu’elles peuvent entreprendre. Rien de bien compliqué pour cela, les entreprises volontaires doivent seulement remplir un questionnaire sur le « Legislation Checker » en renseignant par le pays où elles sont basées, leur secteur d’activité, ou encore le nombre d’employés par exemple, afin de vérifier les exigences qui s’appliquent au cas par cas. D’après le président et cofondateur de Greenly Alexis Normand, que je cite, « réaliser le bilan carbone de son entreprise en ignorant 80 % de ses émissions, mêmes indirectes, c’est s’attaquer au réchauffement climatique sans se donner les moyens de réduire significativement l’impact écologique réel de son activité. Le nouveau Legislation Checker permet aux entreprises de s’engager dans le respect de nouvelles obligations écologiques, et d’accélérer ainsi la transition écologique. La conscience écologique peut aller de pair avec les considérations économiques » fin de citation. Si l’outil semble intéressant sur le papier, reste à savoir s’il trouvera son public, et si les entreprises prendront davantage en compte le côté écologique dans leur activité. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Funérailles écolo : qu'en est-il du compost humain ?
12-01-2023
Funérailles écolo : qu'en est-il du compost humain ?
Non, vous ne rêvez pas, on va bel et bien parler de compost humain aujourd’hui puisque l'État de New York aux Etats-Unis est devenu le dernier Etat en date outre-Atlantique à légaliser la transformation des défunts en compost. Ainsi, en seulement quelques semaines via un processus contrôlé, les familles se voient remettre la terre dans laquelle s’est décomposé le corps de leur proche disparu, qui peut ensuite être utilisé pour des cultures, qu’il s’agisse de légumes, de plantes ou d’arbres. Côté inhumation, il en est une qui a fait beaucoup parler ces derniers temps. Le célèbre footballeur brésilien Pelé, décédé le 29 décembre dernier a eu des funérailles assez étonnantes, puisque le cimetière dans lequel il repose aux côtés de son père est un bâtiment de 14 étages dans la ville de Santos, soit le plus grand cimetière vertical du monde avec environ 14 000 places. Cet édifice inauguré en 1991 aurait été conçu en réponse à un problème que rencontrait la ville : les enterrements dans la boue dus aux nappes phréatiques. Car ce que l’on ne soupçonne pas toujours, c’est qu’en se décomposant, le corps humain peut libérer de nombreuses bactéries et virus, pouvant causer une contamination de l'eau. Un sujet scruté de près au Brésil, mais aussi en Australie et en Pologne, et qui pour certains observateurs constitue un enjeu majeur de protection de l'environnement au niveau local. Ceci dit, le fait qu’un corps retourne à la terre permet aussi au sol de retrouver un certain nombre de nutriments. Quand les conditions hydrogéologiques et climatiques le permettent, la réutilisation des composés organiques du mort peut donc être envisagée. C’est donc pour cela que certains citoyens soucieux de leur empreinte sur l’environnement optent pour cette alternative. D’autres optent également pour un cercueil en carton. Avec certaines innovations en termes de résistance et d’étanchéité, ces cercueils à base de carton recyclé permettent d’éviter le gaspillage de bois des cercueils traditionnels et mettent entre 10 et 15 ans pour disparaître. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Les USA en guerre contre la pollution de l’air ?
11-01-2023
Les USA en guerre contre la pollution de l’air ?
En proie à des épisodes de pollution de l’air de plus en plus fréquents et de plus en plus intenses, les Etats-Unis ont annoncé début janvier la mise en place de normes plus strictes pour la qualité de l'air. Le niveau autorisé de particules fines, dangereuses pour la santé, devrait donc être abaissé, ce qui d’après les autorités permettrait d’éviter 4200 décès chaque année et de faire économiser 43 milliards de dollars en soins de santé d’ici 2032, sans compter les bénéfices collatéraux sur l’environnement. Concrètement, l'Agence pour la protection de l'environnement (EPA) a annoncé son intention de passer de 12 microgrammes par mètre cube à 10 microgrammes maximum, le niveau autorisé de particules fines PM 2,5 (c’est-à-dire inférieures à un diamètre de 2,5 micromètres, soit 30 fois plus petit qu’un cheveu humain). D’après le patron de l’EPA Michael Regan que je cite, « cette proposition va permettre que tous les quartiers, particulièrement les plus vulnérables, soient protégés d'une exposition à une pollution nocive » fin de citation. Pour rappel, les particules fines proviennent de différentes sources, comme des chantiers, des incendies, mais peuvent aussi résulter de réactions chimiques causées par l’emploi de produits utilisés par les voitures, par des centrales ou des sites industriels. Comme le rappelle le Wall Street Journal que je cite « ces particules fines peuvent rester dans les poumons et avoir des effets nocifs sur la santé [en provoquant] de l’asthme, des infarctus et des morts prématurées » fin de citation. Pour l’EPA, réussir à abaisser ce seuil sous le gouvernement de Joe Biden, serait une petite revanche sur la mandature de son prédécesseur Donald Trump. En 2020, le gouvernement Trump avait rejeté le renforcement des normes sur les particules fines du secteur industriel, considérant que les règles en vigueur appliquées depuis 2012 étaient suffisantes. Si les associations de défense de l’environnement saluent un pas en avant dans la bonne direction, nombreux sont les observateurs à également demander d’aller encore plus loin et plus vite sur ce sujet. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Des nuages artificiels pour limiter le réchauffement climatique ?
10-01-2023
Des nuages artificiels pour limiter le réchauffement climatique ?
Si l’on vous dit qu’il est possible de limiter le réchauffement climatique en créant des nuages artificiels, votre première réaction sera sans doute de vous dire « si ça peut aider, pourquoi pas ». Si l’idée est effectivement intéressante, son exécution par la start-up Make Sunsets pose quand même question. D’après Make Sunsets, le dioxyde de soufre aurait des propriétés réfléchissantes. Leur idée est donc d’en relâcher dans la stratosphère, soit la seconde couche de l’atmosphère terrestre, située environ entre 12 et 50 km au-dessus de nos têtes… le tout afin de renvoyer les rayons du soleil dans l’espace et réduire l’effet du réchauffement climatique. Une opération jugée dangereuse par la plupart des scientifiques, sans pour autant inquiéter l’entreprise. Car quand je vous dis que la méthode pose question, ce n’est pas pour rien. En effet, pour 10 dollars, l’entreprise enverra un ballon chargé de dioxyde de soufre dans la stratosphère, où il restera entre six mois et trois ans… période durant laquelle le dioxyde de soufre serait censé réfléchir les rayons du Soleil, atténuant les conséquences de l'effet de serre. Si l'enseigne ne précise pas quelle quantité de soufre sera relâchée, elle estime qu’un gramme de soufre libéré à 20 kilomètres d'altitude doit compenser les effets d'une tonne de dioxyde de carbone. Une estimation qui, il faut être honnête, varie drastiquement selon les études, et qui est donc peu précise. Toujours selon Make Sunsets, 50 milliards de dollars suffiraient à compenser l'ensemble du CO2 produit par les activités humaines. Si l’on revient un peu dans le passé, l’idée avait déjà été évoquée il y a quelques années, mais ce n’est pas pour rien qu’elle est controversée. Car au-delà de la question morale que constitue la manipulation du climat, (et oui c’est de cela dont il s’agit avec cette technique), les scientifiques craignent que l'ajout de particules soufrées dans l'atmosphère ne mette à mal la couche d'ozone ou ne modifie le cycle des moussons. À noter que la question du CO2 ne se limite pas au simple réchauffement, mais concerne aussi l'acidification des océans, par exemple. Sur ce point, la start-up se dit pleinement consciente des doutes qui entourent son projet. Ceci dit, elle estime également que sa solution permettrait d’apporter une réponse immédiate à un problème de long terme, et que sans action aujourd’hui, il n’y aura pas, je cite « d’avenir équitable, avec de l'air respirable, pour les générations à venir. Convainquez-nous qu'il existe un moyen plus pratique de gagner du temps pour y arriver et nous nous arrêterons » fin de citation. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
L’éolienne la plus puissante du monde déjà en fonctionnement ?
09-01-2023
L’éolienne la plus puissante du monde déjà en fonctionnement ?
On vous en parle régulièrement dans ce podcast, mais de nombreuses entreprises spécialisées dans la construction d’éoliennes géantes et ultra puissante rivalisent d’ingéniosité pour s’accaparer le titre de « roi de l’éolien ». Et bien en 2023, ce titre est quasiment acquis à Vestas, qui vient d’implanter au Danemark, une éolienne de 280 mètres de haut, assortie de pales de 115 mètres de long, soit la plus grande éolienne du monde. Si elle est effectivement l’éolienne la plus grande du monde, elle est aussi la plus puissante d’après son constructeur avec une production estimée à 80 GWh par an, de quoi alimenter 20 000 foyers. Ainsi, 38 000 tonnes de dioxyde de carbone seraient a priori économisées d’après Vestas, soit la consommation annuelle de près de 25 000 voitures diesel et essence. Plus précisément, c’est dans le centre d'essais d'Østerild, au Danemark, que cette immense éolienne a été installée. À ce jour, il ne s’agit que d’un prototype soumis à un important programme d'essais. Sa commercialisation devrait avoir lieu à partir de juin prochain. Fait intéressant, cette éolienne a été implantée sur Terre au Danemark, mais a été conçue pour les sites offshores, autrement dit, en mer ! De son côté, l’entreprise Vestas est connue pour être très innovante dans le secteur des éoliennes. En 2020, l'entreprise s'était engagée à améliorer la recyclabilité de ses produits tout en se lançant dans de nouveaux projets comme la conception de robots pour aider à la maintenance de ses éoliennes. Cette nouvelle éolienne géante fait donc partie intégrante de cette dynamique, comme l’explique Anders Nielsen, directeur technique du groupe, que je cite, « avec cette éolienne, nous établissons de nouvelles normes en matière d'innovation technologique, d'industrialisation et d'échelle dans le domaine des énergies renouvelables afin de créer une industrie éolienne offshore durable » fin de citation. La filière de l'éolien offshore est en effet en plein essor. Avec une production plus fiable et des innovations à la hauteur des attentes, l'éolien flottant devrait continuer à s’implanter au large de nos côtes, et continuer d’accroître sa part dans notre mix énergétique, en Europe, et donc en France, mais aussi et surtout aux Etats-Unis prochainement. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Tesla : des voitures moins chères en France en 2023 ?
08-01-2023
Tesla : des voitures moins chères en France en 2023 ?
Les voitures électriques n’ont jamais autant été au cœur des discussions… que ce soit pour leur intérêt écologique, leur empreinte environnementale à la fabrication également, ou bien tout simplement pour savoir si cela vaut le coup de changer son vieux diesel pour un moteur électrique avec la hausse des prix des hydrocarbures, et plus récemment celui de l’électricité. Et bien voilà une nouvelle qui pourra peut-être lever quelques doutes dans votre esprit si vous pensiez craquer pour une Tesla : la marque d’Elon Musk va prochainement proposer ses Tesla Model X et S avec quelques modifications permettant de faire chuter les prix en France ! Elles seront certes moins rapides, mais surtout moins chères qu’actuellement. Si vous ne connaissez pas grand-chose à Tesla, alors sachez qu’il existe en gros deux types de voitures : la Model X et la Model S. Si cette dernière propose une autonomie plus importante que la première, elle est aussi moins cher, mais cependant offre un peu moins de confort que la Model X. Alors, quels sont les changements concrets ? Et bien une baisse de 25 000€ pour la Tesla Model S et 20 000 euros pour la Model X. On ne va pas se le cacher, il faudra quand même débourser quasiment 122 000€ pour la X avec transmission intégrale Dual Motor et 114 000 pour la S. À noter qu’il existe aussi une version avec trois moteurs dite Plaid, plus performante. Tesla assure je cite que « la nouvelle plateforme Dual Motor emploie deux moteurs à aimant permanent qui garantissent une grande efficience et des performances sans compromis » fin de citation. Pour les amoureux de la vitesse, les pointes des Tesla Plaid (donc à trois moteurs) sont plus élevées : 322 km/h pour la Model S Plaid et 262 km/h pour le Model X Plaid, contre 250 pour les Model S et X Dual Motor. Une perte de vitesse non négligeable, bien que peu impactante dans la vie de tous les jours. Ceci dit, perdre en vitesse signifie pour Tesla un gain d’autonomie ! Les usagers pourront parcourir respectivement 634 avec la Model S et 576 kilomètres avec la Model X Dua Motor en une seule charge, soit une trentaine de plus que leur version à trois moteurs. Les premières livraisons devraient s’étaler jusqu’au mois de mars 2023.  Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices