Thune

Laurence Vély et Anna Borrel

Warning : ce podcast ne va pas vous apprendre à faire fortune en 10 leçons ni à devenir un winner des cryptos.

Il va vous ouvrir les yeux sur la réalité crue de l'argent chez les autres... et peut-être même sur votre propre rapport à la thune.

Chaque jeudi, les journalistes Laurence Vély et Anna Borrel questionnent un invité sur ses revenus, ses dépenses et son rapport à l'argent.

De temps en temps, elles invitent un expert à éclairer des recoins sombres ou méconnus de l'argent.

Un podcast sociétal intime et cash, pour enfin parler thune sans langue de bois.

Soutenez Thune Podcast sur Tipeee " rel="noopener noreferrer" target="_blank">Vous pouvez soutenir Thune sur Tipeee.


Et suivez nous sur https://www.thunepodcast.fr/


Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

read less
Society & CultureSociety & Culture

Episodes

Impôts, fraude, défisc' : un agent du Fisc ne devrait pas dire ça...
04-04-2024
Impôts, fraude, défisc' : un agent du Fisc ne devrait pas dire ça...
Les impôts, c'est toujours un peu bigoût, vous ne trouvez pas ? Par exemple, d'un côté, moi j'adore payer mes impôts. Quand je remplis ma déclaration, j'ai vraiment l'impression de participer au "Trésor public", à "notre" trésor et je suis un peu fière de me dire que je vais contribuer à payer des écoles, des infirmières, des soins ou des allocations pour des gens en difficulté. Je me dis que je suis une meuf bien en fait ! Et puis il y a une autre partie de moi, moins glorieuse, qui éprouve une forme d'anxiété, et ce pour 2 raisons. D'abord parce que j'ai peur de me tromper. D'oublier de déclarer un truc ou de mal le déclarer et de m'exposer à des sanctions. Et aussi parce que j'ai peur de m'autogruger en quelque sorte : eh oui, je ne suis pas spécialiste en droit fiscal et il y a tellement de niches et de déductions que je me dis que si ça se trouve il y en a auxquelles j'ai droit mais que je ne connais pas...Si vous aussi vous êtes comme ça, ou plus simplement si, en ces temps ou l'on parle beaucoup des fameuses "recettes de l'Etat", de la dette, de la fraude fiscale et de taxer les riches, vous vous posez des questions, cet entretien est pour vous. Nous avons eu la chance de rencontrer une contrôleuse du Fisc - très rock n roll -, qui nous explique tout "vu de l'intérieur'. Une parole exceptionnelle puisque les fonctionnaires de Bercy n'ont pas le droit de s'exprimer. Préparez-vous à apprendre : qui sont les gens des impôts, comment sont décidés les contrôles, quels sont leurs angles morts aussi, ce qu'ils peuvent faire et ne peuvent pas faire, que peut-on défiscaliser... Après cet éclairage sur la collecte de notre fameux Trésor public, je serais d'ailleurs bien curieuse d'avoir vos réflexions sur ce que cela dit...de nous ! En attendant, bonne écoute bien sûr !  Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Julien, 34 ans : "Je vole pour 1000 euros par mois dans les magasins"
28-03-2024
Julien, 34 ans : "Je vole pour 1000 euros par mois dans les magasins"
Vous avez certainement vu, au supermarché, des antivols sur des barquettes de viande. Pour cause, depuis l’inflation, le vol à l’étalage a augmenté : plus 14% en 2022. Les gens ne pouvant plus payer la nourriture, ils la volent. Mais - car il y a un mais - ce n'est pas la pauvreté qui pousse Julien à voler. La chourre quotidienne, pour lui, c'est une habitude, presque un lifestyle. C'est un petit voleur, pas un gros braqueur... sauf que quand on les additionne, ses petits larcins finissent par faire une sacrée somme.Cet entretien m’a marqué. d’abord, parce que Julien m”a fait penser au "Petit voleur" de la chanson de Renaud (souvenez-vous, on est en 1991 et Renaud est encore ce rebelle au coeur gros comme ça). Et puis, j’en ai parlé à des amis - parfois très aisés- et j’ai été surprise d’entendre que certain d'entre eux n'hésitaient pas à se servir dans les magasins, avec des techniques variées : oubli dans le cabas, trucs dans les poches...Qu'est-ce-que ça raconte de l’époque, de la façon dont on subit, à priori docilement, la pression financière de l'inflation ? A quel moment se sent-on légitime à voler quand on est tous un peu étranglés ? Quelle est, dans cette transgression, la part de respiration ? Et finalement, y-at-il des vols plus valables que d’autres ou des voleurs plus légitimes ? Vous vous ferez votre idée. Bonne écoute. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
C'est une bonne situation, ça, "riche héritière" ?
14-03-2024
C'est une bonne situation, ça, "riche héritière" ?
Warning : épisode clivant ! J'ai lu récemment le mot d'"héritocratie" pour désigner notre société. De fait, et on en a déjà parlé par exemple avec la sociologue Camille Herlin-Giret - autrice de "Rester riche", - l'héritage a explosé ces 50 dernières années, au gré d'une législation qui l'exonère de plus en plus. Par "explosé" je veux dire qu'au début des années 70, seulement 37% du capital de chacun venait de son héritage. De nos jours, la transmission constitue 60% de nos fameux patrimoines ! Alors bien sûr, cela renforce les inégalités - ce d'autant que 87% des héritages sont de moins de 100 000 euros et qu'au-dessus...les chiffres s'envolent.Andréa, vous allez l'entendre, fait partie de cette portion de super privilégiés puisqu'elle est héritière d'un patrimoine de plusieurs millions d'euros. Et encore, elle n'est pas parmi les plus riches des plus riches puisqu'il s'agit non pas d'actifs fluides, de placements ou de sociétés, mais de biens immobiliers, ceux-là mêmes qui tombent sous le coup de la taxation de l'IFI (impot sur la fortune immobilière) qui a remplacé l'ISF (impot sur les grandes fortunes). Les vrais ultra-riches, eux, parviennent à échapper à cette fiscalité. Mas ce n'est pas de ça dont se plaint Andréa. Non, ce qui m'a intéressée dans son témoignage, c'est qu'elle nous confie des sentiments qui sont sans doute aussi fréquents qu'impossible à assumer. Elle est riche, oui, mais au-delà des chiffres, au-delà des millions, l'histoire de cette richesse l'emprisonne. Etre héritier, est-ce que ce n'est pas toujours un peu honteux ? Comment se réaliser personnellement lorsque l'on est tenu de s'inscrire dans une destinée financière que l'on n'a pas choisie ? L'héritage n'est pas seulement source de disparités qui se perpétuent, il serait également problématique dans les rapports familiaux et les enjeux psychologiques qu'il engendre, chez celleux qui en bénéficient le plus.... A méditer ? Bonne écoute !  Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.