PODCAST

Les enfants vont bien

Constance Démettre

Familles homoparentales, monoparentales par choix ou de fait, adoptantes, elles vous racontent leur parcours et leur quotidien à ce micro. Les enfants vont bien est le premier podcast qui donne la parole aux familles "extraordinaires". Ici on parle d'homoparentalité, de coparentalité, de PMA, de GPA, d'insémination artisanale, d'adoption et de donneur. Sortie deux fois par semaine, les lundis et les jeudis. Bonne écoute 🙂

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/lesenfantsvontbien.


Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.


Melissa: La coparentalité solo
Il y a 2d
Melissa: La coparentalité solo
Mélissa est sage femme, et j’ai adoré discuter avec elle de son expérience de la maternité. Parce qu’il faut bien se le dire, dans l’imaginaire collectif, la sage-femme est sur la plus haute marche du podium de la connaissance et de la compétence en terme de parentalité et de grossesse. Mais en fait, Mélissa est hyper décomplexante. Du test de grossesse au sexe de son enfant, elle a eu les mêmes doutes que nous toustes. Son projet de naissance à domicile, alors même que son métier est d’accompagner les accouchements en structure hospitalière, légitime toutes nos envies à nous aussi, d’accouchements plus intimes, moins médicalisés. Mais, Mélissa n’était pas avec nous uniquement pour échanger de son expérience de la parentalité du coté qu’elle ne connaissait pas, elle a avant tout souhaité témoigner du mode de parentalité qu’elle a choisit de mener. Elle a fait un bébé, avec une personne avec laquelle elle savait qu’elle avait plein de projets à mener, mais pas celui d ‘être un couple. Quand il lui est apparut que c’était une évidence de fonder une famille avec le papa de sa fille, alors ils ont parlé de coparentalité. Les mots étaient posés, ont été confirmés, et boom, l’étincelle a pris. Je reçois très peu de témoignages de coparentalité alors je suis vraiment heureuse de pouvoir clôturer cette saison en vous en proposant un malgré tout. Je vous laisse découvrir leur histoire et je vous souhaite une bonne écoute. Soutenez ce podcast Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Harmonie & Jonas: recomposer une famille extra-ordinaire (papa transgenre)
27-06-2022
Harmonie & Jonas: recomposer une famille extra-ordinaire (papa transgenre)
Envisager de recomposer une famille quand le couple n’est pas seul en jeu, est un sacré challenge et surtout source d’une grande inquiétude quant au vécu de nos enfants. Clairement, ce sont souvent eux qui retardent les décisions de séparation. Certaines familles se recomposent dans un schéma familial différent de celui quitté, et rassemblent 2 papas ou 2 mamans, et parfois aussi un papa ou une maman trans, ou bien d’autres formats de familles.Leur dénominateur commun étant l’amour bien sûr! Et c’est évidement cet amour qui a fait sauté le pas à Harmonie, pour quitter une vie assez classique et embarquer ses 3 enfants, issus d’une précédente union, pour construire une nouvelle histoire avec Jonas et sa fille. Jonas, elle le connaissait déjà quand ils se sont retrouvé, ils s’étaient rencontré des années auparavant, lorsque Jonas avait une prénom et un pronom féminin. Quand ils envisagent une relation sérieuse, évidement la question des enfants a été la première à arriver sur le tapis. Leur intérêt et leur bien être passait avant tout. Et finalement, les choses se sont faites assez spontanément, sans trop y réfléchir, les relations se sont tissées très naturellement, jusqu’à devenir fraternelles. Dans cet épisode on parle aussi de la transition de genre de Jonas, qui s’est opérée en filigrane de cette union, et de la perception de ses enfants autour de son changement d’identité. Je vous laisse découvrir leur histoire et je vous souhaite une bonne écoute. Soutenez ce podcast Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Virginie et Stéphanie: Le double don
20-06-2022
Virginie et Stéphanie: Le double don
Vous n’êtes pas sans savoir que nous recourons à la PMA pour construire nos familles , parce que nous présentons une infertilité sociale. Nous ne pouvons concevoir nos enfants sans passer par un don de gamètes. En revanche, nous pouvons aussi être touchées par une infertilité médicale.Une petite partie d’entre nous aura besoin d’avoir recours à la fois à un don de spermatozoïdes et à un don d’ovocytes. C’est le cas de Virginie et Stéphanie. Virginie présente une endométriose sévère, qui lui impose des interventions régulières, et une réserve ovarienne faible. Apres plusieurs échecs, elles n’ont plus beaucoup d’espoir, quand on leur propose de bénéficier d’un don d’ovocytes.Pour Virginie, il reste du chemin à parcourir pour accepter de ne pas transmettre sa génétique. Pour Stéphanie, ce chemin est déjà fait, elle a été adoptée étant enfant, elle aime ses parents plus que tout au monde et ne ressent absolument pas le besoin s’informer sur ces origines. De fait, rapidement, les freins tombent et elles se lancent dans cette nouvelle aventure, qui leur apportera leur petite Lou. Virginie a souhaité enregistrer le témoignage dont elle aurait eu besoin pour se sentir sereine dans ce choix. Elle avait la chance d’avoir celui de Stéphanie, alors, elle a souhaité apporter sa voix pour permettre à toutes de faire un choix éclairé. Je vous laisse découvrir leur histoire et je vous souhaite une bonne écoute.Soutenez ce podcast Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Mélanie et Kathia: La garantie naissance vivante
13-06-2022
Mélanie et Kathia: La garantie naissance vivante
Dans nos parcours, l’incertitude pèse lourd dans notre ressenti. Savoir si et quand nous aurons un bébé avec toute la pression financière que cela incombe.Et si la sérénité avait un prix? Certaines cliniques, principalement en Espagne, vous proposent des forfaits naissance, vous garantissant une grossesse et allant même, pour certaines, jusqu’à une naissance vivante. Alors oui, cela a un coût important, mais c’est aussi une garantie de ne pas aller au delà, et donc de savoir à quoi s’attendre. Ces forfaits comprennent les traitements et examens pre-conception, 3 cycles de fiv et tous les transferts, la vitrification des embryons, les paillettes, les examens et interventions si nécessaires durant le parcours, et parfois même les tests Covid et le transfert vers où depuis l’aéroport. Après une déconvenue, Mélanie et Kathia ont senti cette pression financière augmenter et ont eu conscience de l’enjeu que cela représentait sur leur santé mentale dans ce parcours. Elles ont donc fait le choix d’opter pour cette assurance. Si elles n’avaient pas de bébé, au moins, elles pourraient se servir de ces fonds pour d’autres choses, parce que oui, cette garantie vous propose un remboursement total des sommes engagées si aucune grossesse n’en résulte. Maigre consolation me direz-vous! Mais savoir qu’on peut repartir sur un autre parcours dans un autre pays, si le premier n’a pas fonctionner, c’est aussi de la sérénité. Je vous laisse découvrir leur histoire et je vous souhaite une bonne écoute. Soutenez ce podcast Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Fiona & Kathia: L'arret de grossesse
06-06-2022
Fiona & Kathia: L'arret de grossesse
C’est un fait, nos parcours sont riches émotionnellement et physiquement, riches certes, mais lourds. Ils nous procurent les plus grandes joies, mais aussi les plus grandes tristesses. Il est clair que le parcours PMA ne nous épargne pas, pas même de la fausse couche. Et parfois on se dit que le sort s’acharne. Fiona et Katia, le disent, sans hiérarchiser les grossesses, celles qui résultent d’un parcours de PMA sont encore plus précieuses. Et quand en plus, l’envie de relancer un parcours, suite à cet arrêt de grossesse, est concomitant avec le début du 1er confinement, clairement, l’espoir manque à l’appel. Alors oui, en Belgique, l’accès a la PMA est légal pour toutes les femmes, est assez simple, d’autant qu’il est bien rentré dans les moeurs, mais face à de tels obstacles, Fiona et Katia ont tout de même réfléchi a d’autres options pour ne pas être dépendantes de la reprise des parcours PMA par le secteur médical.Leur persévérance a payé, elles ont pu accueillir leur petite Izia début 2021, mais clairement, elles ont perdu leur insouciance et leur légèreté. Dans cet épisode, elles nous racontent comment elles ont vécu la grossesse d’après, celle de leur petit arc en ciel. Alors peut-être que leur histoire vous dit quelque chose? C’est normal, Fiona et Kathia, c’est le couple qui raconte son parcours de PMA en immersion dans le podcast Telles Mères telle FIV du studio Cheese Nan.  Je n’ai pas envie de vous partager des statistiques concernant les arrêts de grossesse, ils sont bien trop nombreux et douloureux on le sait. J’ai plutôt envie de vous partager des ressources et de comptes qui comptent pour se sentir entourés et soutenus dans ces moments difficiles. Je pense évidement à mes presque riens, au revoir podcast, le livre de Sandra Lorenzo: une fausse couche comme les autres.Depuis très peu de temps, une entreprise française a pris exemple sur la nouvelle Zélande et le Quebec, pour accorder a ses salariés, un congés pour fausse couche, de 5 jours pour la personne qui a porté la grossesse, et de 2 jours pour le conjoint de la personne qui a porté, si l’arrêt de la grossesse intervient dans les 22 premières semaines. Afin de ne pas rajouter de complexité à cet événement, ce congés se demande par email sans justificatif. En parallèle, un congés menstruelle a aussi été mis en place dans cette entreprise. Big up a CritizrSoutenez ce podcast Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Emilie & Anna: La PMA au Danemark
30-05-2022
Emilie & Anna: La PMA au Danemark
Aujourd’hui je vous propose de partir au Danemark pour y suivre le déroulé d’un parcours de PMA. Si l’on pense systématiquement à ce pays pour son accès « facile » aux banques de spermes, en revanche, on y pense moins quand il s’agit de réfléchir à nos destinations de parcours. Je n’ai pas de statistiques mais clairement le Danemark n’est pas un pays de première intention. Émilie et Anna ont reçu cette recommandation par le biais d’un forum et on sait comme il est précieux d’être aiguillé et conseillé dans nos parcours, c’est un soutien d’une valeur immense. Émilie le dit, elle a trouvé dans cette clinique le cocon qu’elle recherchait, la bienveillance et la reconnaissance de sa famille dont elle avait besoin pour se sentir en confiance. Si c’est un pays connu pour son ouverture, son accès « difficile » si on peut dire, le deporte clairement des premières réflexions que nous menons. L’avion reste le moyen de transport le plus simple pour s’y rendre, et nous n’avons pas toustes un aéroport proposant une ligne vers le Danemark accessible. Je vous propose ce témoignage parce que c’est une possibilité, une très belle destination et surtout un pays proposant encore des donneurs semi-anonymes, alors qu’il n'y a maintenant, que peu de pays le permettant. Je vous laisse découvrir le parcours d’Emilie et Anna. Je vous souhaite une bonne écoute. Site internet proposant des statistiques sur les pays d'Europe permettant la PMA: ce podcast Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.