Choses à Savoir TECH

Choses à Savoir

Tout ce qu'il faut savoir dans le domaine de la Tech et d'Internet. read less
TechnologyTechnology

Episodes

Microsoft va investir des milliards en Bretagne ?
20-03-2024
Microsoft va investir des milliards en Bretagne ?
Vous le savez, les data centers sont indispensables aujourd’hui pour absolument tout ce qui touche à internet. Entre les hébergements de site internet, les plateformes de streaming, les jeux vidéo en ligne, et bien entendu l’intelligence artificielle, bref, c’est là où toutes les données œuvrant au bon fonctionnement de ce genre de service sont entreposées. Vous le savez également, Microsoft est l'un des géants de ce secteur, avec des centaines de data centers dans le monde. D’ailleurs, le GAFAM compte en construire un en France. Sauf que construire une telle infrastructure en France, et bien c’est compliqué, notamment car il faut artificialiser le sol, ce qui n’est jamais une bonne chose pour la nature. D’ailleurs, ce principe est strictement encadré par la loi « Climat et Résilience » du 22 août 2021. Ainsi, Microsoft s’est tourné vers un espace déjà bâti pour y installer son futur data center à Chartres-de-Bretagne, au sud de Rennes. Là-bas, la société PSA a libéré une partie de son complexe industriel faute de production. Cet espace inutilisé va donc être récupéré par Microsoft pour accueillir jusqu'à trois centres de données. En tout cas, pour l’instant, les discussions avec la mairie semblent bien engagées. Pour le géant américain, il s'agit d'un projet assez important, qui pourrait lui coûter plusieurs milliards d'euros, les informations du journal le Télégramme. Pour la ville de Chartres-de-Bretagne, l’implantation de Microsoft représente un véritable atout pour l’économie du territoire et son attractivité. Sauf que Microsoft n'est pas le premier géant américain à s'intéresser aux anciennes parcelles de PSA. Amazon avait déjà tenté sa chance, sans succès en 2021. Le géant du commerce en ligne s’était retrouvé face à un interlocuteur implacable : la Métropole rennaise, propriétaire d'une partie des terrains concernés, et qui a déjà sa propre vision de l'avenir du site, en souhaitant y implanter des entreprises soucieuses des enjeux environnementaux. Data center en environnement, on ne peut pas dire que ce soit véritablement compatible, même si Microsoft multiplie les initiatives et recherches ces dernières années pour limiter l’impact de la consommation de ses infrastructures sur la nature. D’ailleurs, les détracteurs du projet de Microsoft ajoutent qu’il y a aussi un enjeu de souveraineté nationale. Car en laissant une entreprise américaine s’implanter en France, cela signifierait que les données des français pourraient être consultées hors des frontières françaises. En effet, les États-Unis ont le droit de consulter les données traitées par leurs entreprises, même à l'étranger. D’après les informations du Télégramme, Rennes métropole et la Région Bretagne ne seraient pas hyper emballées à l’idée de laisser Microsoft s’implanter sur leur territoire, malgré les opportunités de développement économique. Reste à savoir si Microsoft saura trouver les mots justes pour convaincre les élus. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Scandale : une antenne 5G SFR à 30 mètres d’une maison ?
19-03-2024
Scandale : une antenne 5G SFR à 30 mètres d’une maison ?
Nord : une antenne 5G SFR à 30 mètres d’une maison ? Le déploiement de la 5G est désormais inexorable en France. À mesure que les installations se multiplient, certains opérateurs entendent bien imposer leurs conditions pour rester compétitif sur ce marché, au détriment de la tranquillité de certains villages. C’est le cas dans le Pas-de-Calais, à Bonningues-lès-Ardres plus précisément, où la construction d'une antenne 5G à proximité immédiate de certaines résidences fait débat. L'une des habitantes se lèvera bientôt chaque matin avec une « vue sur pylône », ce qui insurge bon nombre d’habitant. Les résidents du village redoutent surtout que l'installation de cette antenne relais 5G de 45 mètres de hauteur fasse plonger la valeur immobilière des propriétés, jusqu'à 30 000 euros pour l'habitante la plus proche du pylône. Si l’on parle là des préoccupations esthétiques, il faut aussi prendre en compte les risques pour la santé des humains et des animaux. Et certains riverains sont très en colère. Catherine Hardy, la propriétaire de la maison, revenait d’un séjour au Royaume-Uni quand elle a découvert le permis de construire installer en face de chez elle. Si elle prévoit de faire des recours en justice, ces derniers seront délicats à traiter, puisque l'antenne est construite sur le terrain d'un propriétaire privé, qui n'a pas été si difficile à convaincre visiblement, puisqu’il touchera (j’ai envie de dire) seulement 1 000 euros chaque année pour l’exploitation de son terrain. Ce qui est intéressant ici, et qui change de certaines situations extrêmes, c'est que les habitants ne sont pas tous totalement opposés à l'installation de l'antenne 5G. Certains ne font en réalité que critiquer son emplacement, beaucoup trop proche des habitations. Désormais, tous les regards se tournent vers SFR. Si des solutions alternatives ont été proposées, l'opérateur les a refusés, préférant son emplacement actuel. Pour Salvatore Tuttolomondo, délégué régional Hauts de France chez Altice France (la maison-mère de SFR), il est regrettable qu'un terrain d'entente n'ait pu être trouvé, mais estime que les riverains n'ont pas à craindre d'éventuels effets néfastes des ondes émises par l'antenne. Je cite « les habitants devraient plutôt s'interroger sur les ondes à l'intérieur de leur maison », visant ainsi le Wi-Fi et le micro-ondes comme exemples. Pas sûr que cela puisse réussisse à calmer la colère des villageois. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Quelles technologies se cache derrière la « Sphère » de Vegas ?
18-03-2024
Quelles technologies se cache derrière la « Sphère » de Vegas ?
Si vous êtes fans de composants informatiques et de gros matos tech, alors vous devriez aimer cet épisode. Et si ce n’est pas le cas, vous devriez quand même y trouver votre compte, car nous allons parler d’une merveille de technologie sortie de terre à Las Vegas en septembre 2023, la Sphere, cet immense écran en forme de boule qui chaque jour propose des animations vidéo à tous les habitants de Vegas. Ceci dit, comment fonctionne cet énorme écran, qui il faut le rappeler, n’est que la face extérieure d’un auditorium immersif de plus de 16 000 places. Et bien tout d’abord, grâce à un NAS de 4 pétaoctets. Ça c’est le cerveau du lieu, un serveur où toutes les données sont stockées. D’ailleurs, 4 peta octets, c’est plus de 4000 tera ou encore 4 millions de giga. À l’intérieur de l’auditorium / salle de concert / salle de cinéma, on retrouve également un écran de 16 000 pixels par 16 000 pixels, des serveurs multimédias capables de coller bout à bout une quarantaine de flux 4K à 60 images secondes avec une profondeur de couleurs de 12 bits. Une véritable prouesse technologique mais qui vous laissera peut-être sans voix quand on sait que tout cela est distribué à travers un réseau IP capable d'afficher tout ce contenu avec un lag de moins de 5 millisecondes. Côté audio, la Sphere compte plus de 700 modules de son Holoplot MD-80/90 (chacun constitué de 80 à 90 haut-parleurs). Au total, ce sont plus de 400 Go de contenus qui transitent sur le système informatique de cette salle chaque seconde, le tout avec une latence quasi inexistante, permettant de vivre une expérience homogène à 360°. Là, on a parlé de l’intérieur de la salle. Mais évidemment, ce qui fait la renommée du bâtiment, c’est son immense écran extérieur de 54 000 mètres carrés et de 1,2 millions de LED… et toute cette technologie sert chaque jour à afficher des animations toutes plus fun et impressionnantes les unes que les autres. Pour rappel, la Sphere a nécessité près de 4 ans de construction pour un coût de plus de 2,3 milliards de dollars. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
L’IA de Google bientôt intégrée à l’iPhone ?
17-03-2024
L’IA de Google bientôt intégrée à l’iPhone ?
Apple compte bien accélérer cette année sur le sujet de l'intelligence artificielle. L’entreprise est, on le sait, distancée par Microsoft et son investissement dans OpenAI, ainsi que par Google. Cela dit, Apple ne ménage pas ses efforts pour développer sa propre IA comme l’indiquent des travaux de recherche publiés ces dernières semaines par la marque à la pomme. Ainsi, on aurait pu imaginer que le GAFAM allait révéler en grande pompe un chatbot ou un assistant plus perfectionné que Siri afin de les intégrer dans ses futurs produits… mais visiblement, Tim Cook et les autres dirigeants d’Apple ont une autre idée en tête. D’après les infos de Mark Gurman, journaliste pour le média Bloomberg, Apple serait en négociations avancées avec Google afin d'intégrer Gemini dans iOS 18 dès cette année. Rien ne serait encore acté ni bien défini, mais Apple aurait désespérément besoin d'un modèle prêt à l'emploi et fonctionnant dans le cloud pour apporter des fonctionnalités d'IA plus puissantes à son système d'exploitation. Apple aurait également en stock quelques services d'intelligence artificielle fonctionnant en local sur l'iPhone, comme pour de la retouche photo ou de la traduction en temps réel, mais au champ d’action limité. C’est donc pour rattraper son retard le plus vite possible qu’Apple se serait résolu à mettre sur pied un partenariat avec Google. Quand on y réfléchit, un accord entre Google et Apple ne serait pas si surprenant. Les deux entreprises sont déjà liées par un autre partenariat de 18 milliards de dollars pour faire de Google le moteur de recherche par défaut sur les iPhone, iPad ou les Mac. Ceci dit, la marque à la pomme discuterait en parallèle avec OpenAI, même si une alliance entre les deux paraît plus improbable. Quoiqu’il en soit, le travail d’Apple sur Ajax, son modèle de langage en développement, semble très loin d'atteindre le niveau de Gemini ou GPT-4. Apple a encore quelques semaines pour choisir son futur partenaire ou bien changer de stratégie. Une chose est sûre, le temps presse avec l’arrivée dans quelques mois de GPT-5 côté OpenAI, sans oublier Google qui voudra évidemment rivaliser avec ChatGPT le plus tôt possible. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Instagram : connaissez-vous ce jeu caché dans vos DM ?
14-03-2024
Instagram : connaissez-vous ce jeu caché dans vos DM ?
Chers adeptes d’instagram, si vous vous ennuyez ou si vous souhaitez tuer le temps, cessez de scroller indéfiniment sur votre fil d’actu. Il existe, dans vos messages, un jeu caché ! Aussi simple qu’addictif, vous y jouerez sans doute des heures quand vous l’aurez découvert, et justement, je vais vous expliquer comment y accéder. Mais avant tout, à quoi ressemble ce jeu ? Et bien il s’agit d’une sorte de Pong, avec une barre horizontale sur laquelle vous devez faire rebondir un émoji le plus de fois possible. Maintenant, comment le trouver ? On ne va pas se mentir, il faut un coup de chance pour tomber dessus si vous ne savez pas comment vous y prendre. Plus précisément, il faut chercher dans vos messages. Dans la conversation de votre choix, vous n’avez qu’à envoyer un émoji. Celui de votre choix, ça n’a pas d’importance. Une fois fait, cliquez sur cet émoji, et là le jeu se lancera. C’est tout bête, on est d’accord, mais avez-vous déjà pensé à cliquer sur l’émoji pour voir si cela lançait un easter-egg ? Comme la grande majorité des internautes, ma réponse est probablement non. Et c’est tout ce qui fait le sel de ce petit contenu caché sur Instagram. Un des porte-paroles d'Instagram a indiqué au site Tech Crunch que « la société travaillait toujours sur de nouvelles façons de rendre "Instagram plus amusant" » donc avec ce jeu, mais sans pour autant communiquer sur sa disponibilité. Si tout rappel Pong ou Breakout pour les connaisseurs dans ce jeu, la subtilité est que plus vous augmentez votre score, plus l'émoji se déplace rapidement. Le jeu enregistre votre meilleur score, vous pouvez donc y revenir à tout moment pour essayer de le battre. Votre meilleur score est d’ailleurs enregistré dans vos DM, ce qui signifie que vous n'avez donc pas besoin de revenir au premier émoji que vous avez envoyé lors de l'activation du jeu. À noter que vous pouvez également activer le jeu en cliquant sur un émoji que quelqu'un d'autre vous a envoyé, sans que votre interlocuteur ne se rende compte de quoique ce soit. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Apple capitule face à Epic Games ?
13-03-2024
Apple capitule face à Epic Games ?
Ces derniers jours, les retournements de situation s'enchaînent dans la bataille opposant Apple à l’éditeur de jeu Epic Games… Pour rappel, le GAFAM comptait supprimer le compte créateur d’Epic Games, notamment à cause des critiques ces dernier contre la politique de la marque à pomme vis-à-vis de la concurrence. Et tandis qu’Apple refusait catégoriquement que le studio à l'origine de Fortnite ouvre sa propre boutique d'applications sur iPhone, on apprend aujourd’hui que finalement si, Fortnite et compagnie pourront bien être proposés sur iOS sur le territoire européen. Dans le détail, le 6 mars dernier, soit le jour de l'entrée en vigueur du Digital Markets Act (DMA), Apple a banni le compte développeur d'Epic Games. D’après les nouvelles règles édictées par Apple, l'approbation de l’entreprise est désormais nécessaire pour pouvoir proposer une boutique d'applications alternative sur ses smartphones et appareils. Face à cette décision jugée comme étant déloyale, Epic Games n’a pas mâché ses mots pour exprimer son mécontentement. Le lendemain, l'Union européenne confirmait qu'elle allait étudier la volonté d'Apple de vouloir radier le compte développeur d'Epic Games. Et justement, le 7 mars, la Commission européenne relevait dans cette décision d’Apple une entrave à la loi sur les services numériques, ainsi qu’à la réglementation sur les relations entre plateformes et entreprises. C’est ainsi que le 8 mars, face à la pression grandissante de la part de l'Union européenne, et après diverses conversations engagées avec le studio derrière Fortnite, la société menée par Tim Cook a finalement décidé de réintégrer le compte développeur d'Epic Games. Fortnite va donc pouvoir faire son grand retour sur iOS et le lancement de l'Epic Games Store en Europe ne devrait désormais plus tarder. Je cite Tim Sweeney le patron d’Epic Games, « Apple a notifié à la Commission et à Epic qu'elle céderait et rétablirait notre accès au retour de Fortnite et au lancement de l'Epic Games Store en Europe en vertu de la loi sur les DMA » fin de citation. Si ce dossier semble enfin trouver une issue, c’est sans doute en grande partie à cause de la pression de l’UE. Reste désormais à savoir si Apple ne trouvera pas une parade pour contourner la loi. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
70 000 dollars le Bitcoin… où va-t-il s’arrêter ?
12-03-2024
70 000 dollars le Bitcoin… où va-t-il s’arrêter ?
Après une année 2023 très lucrative pour le marché des cryptomonnaies, l'année 2024 s'annonce encore plus folle pour ce secteur. Et pour cause, le Bitcoin vient d’atteindre son cours le plus élevé à plus de 70 000 dollars… un cours qui pourrait même encore s’envoler dans les mois à venir. Le fait de voir le Bitcoin dépasser son record historique de plus de 60 000 dollars que beaucoup pensaient ne jamais revoir, et bien cela a étonné plus d’un observateur. D’autant que ces derniers jours, le cours du jeton s’est même maintenu aux alentours des 70 000 dollars ! Evidemment la tendance a sans doute bougé au moment où vous écoutez ce podcast, mais début mars, il s’agissait d’un moment d’histoire pour les cryptos. Et si le Bitcoin impressionne, c'est en réalité tout l'écosystème des cryptomonnaies qui s'est finalement relevé de la terrible année 2022, marquée d'abord par la chute de la crypto LUNA, puis par la fermeture de FTX, qui était au moment de sa faillite la seconde plus grande plateforme au monde après Binance. C'est ainsi que la capitalisation globale du marché des cryptomonnaies a été multipliée par trois depuis décembre 2022, atteignant à ce jour selon le site CoinMarketCap les 2 620 milliards de dollars. D’ailleurs, un événement fait grandement parler : le halving, attendu pour la mi-avril, avec une récompense pour chaque bloc miné passant à ce moment de 6,25 bitcoins à 3,125 bitcoins. En claire, beaucoup espèrent ce qu’on appelle un « bull run », ce qui correspond à une explosion rapide des prix suite à ce halving. Ça c’est déjà vu dans le passer, et beaucoup espère que l’histoire se répète dans les semaines à venir. Une autre nouvelle incite les investisseurs à l'optimisme : les ETF Ethereum. À l'image des ETF Bitcoin, acceptés par la Securities and Exchange Commission, me gendarme financier américain le 10 janvier dernier, des ETF Ethereum, qui donc concerneraient la deuxième plus grosse crypto, sont en développement. Et si le régulateur financier américain ne cesse de repousser sa réponse, il sera dans l'obligation d'officialiser sa position le 23 mai prochain. Si l'autorisation était finalement accordée, il se pourrait ainsi que l'Ethereum connaisse le même genre d'afflux d'argent qui a suivi le lancement des ETF Bitcoin. Ces derniers sont en effet une véritable réussite actuellement du côté des États-Unis. À leur lancement il y a deux mois, ils représentaient 30 milliards de dollars. Deux mois plus tard, avec la hausse des cours et l'achat de nouveaux bitcoins, ils représentent déjà 50 milliards de dollars. Ce qui a évidemment aidé à pousser les prix vers le haut. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Amazon : changement radical dans la politique de retour de colis ?
11-03-2024
Amazon : changement radical dans la politique de retour de colis ?
Faites-vous partie des consommateurs ayant tendance à souvent regretter un achat compulsif, et donc à profiter de la politique de retours d'Amazon pour renvoyer ce dernier sous 30 jours ? Si oui, j’ai une mauvaise nouvelle pour vous, puisque le GAFAM va prochainement raccourcir ce délai sur de nombreux produits. Dans le détail, Amazon a déjà commencé à prévenir les vendeurs Marketplace du changement à venir. Le délai de retour actuellement fixé à 30 jours va être réduit de moitié. D’ici le 25 avril donc, a minima au Royaume-Uni et sans doute à quelques jours d’intervalle en France, si vous voulez vous faire rembourser vos achats, vous devrez renvoyer les produits sous 14 jours. Parmi les produits concernés par la nouvelle politique de retours Amazon, on retrouve des objets très populaires, à commencer par les smartphones, les PC portables, mais aussi les jeux vidéo (et accessoires), sans oublier les Blu-Ray, les CD ou encore les appareils photo. Quelques produits échappent à cette nouvelle règle, notamment les Smart TV, les Box TV, mais également les liseuses et tablettes Amazon, qui continueront de bénéficier d'un retour sous 30 jours. Avec cette nouvelle politique, Amazon s'ajuste au délai légal minimum en ce qui concerne le droit de rétractation en France. Si vous achetez un bien ou un service à distance, vous avez le droit de changer d'avis sur votre achat. C'est le droit de rétractation, dont le délai est comme je le disais fixé à 14 jours. À noter aussi qu’en France, vous avez jusqu’à un an pour vous rétracter dans certains cas. Plus précisément, si informations relatives à ce droit de rétractation n'ont pas été fournies au consommateur par le vendeur dans les conditions détaillées que prévoit la loi… Dans ce cas précis, c’est le bon de commande qui fait foi. Cela s’applique moins au commerce en ligne étant donné que la plupart des sites ont des conditions générales de vente avec cette information clairement affichée… mais le cas a déjà été vu pour des poses de panneaux solaires par exemple ou d’autres grosses installations importantes par des entreprises. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Données personnelles : la Commission Européenne sanctionnée… par l’Europe ?
10-03-2024
Données personnelles : la Commission Européenne sanctionnée… par l’Europe ?
C’est une situation qui prête à la fois à sourire mais qui sur le fond pose une vraie question… Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, quel est le comble pour une institution qui porte le dossier des données personnelle au premier rang de ses priorité ? Aller, je vous laisse deux secondes pour réfléchir… bon, deux secondes ce n’est peut-être pas assez, et puis vous l’avez sans doute vu dans le titre de cet épisode, mais ce serait tout simplement que cette institution se face sanctionné par une autorité supérieure pour ne pas avoir elle-même respecté ce qu’elle a mis en œuvre ! Et bien figurez vous que c’est exactement ce qui est arrivé pour la Commission européenne. En clair, le CEPD, Comité européen de la protection des données, a annoncé il y a peu que la Commission Européenne avait enfreint plusieurs dispositions du règlement de 2018 sur la protection des informations pour les institutions. Pour le CEPD que je cite, la Commission « n'a pas fourni d'éléments pouvant garantir que les données à caractère personnel transférées en dehors de l'UE et de l'Espace économique européen (EEE) bénéficient d'un niveau de protection essentiellement équivalent à celui garanti dans l'UE/EEE » fin de citation. Est donc pointé du doigt, le contrat qui lie la Commission à Microsoft. Plus précisément, c’est sur l’utilisation de la suite Microsoft 365 (Word, PowerPoint, Outlook, Excel) que le problème aurait été relevé. Le CEPD a ainsi ordonné à la Commission européenne de suspendre tous les transferts de données découlant de l’utilisation de Microsoft 365 vers Microsoft hors de l'Union européenne. Cette suspension sera effective à partir du 9 décembre 2024. D'ici là, la Commission devra avoir assuré sa mise en conformité avec le règlement européen de 2018. Et visiblement, ces manquements seraient assez nombreux d’après le contrôleur qui va donc forcer la Commission Européenne à montrer patte blanche. Elle devra par exemple cartographier tous ses transferts de données, afin que l'on puisse identifier quelles données personnelles ont été transférées à quels destinataires, dans quels pays tiers, à quelles fins et sous réserve de quelles garanties. En résumé, le CEPD tape bien du poing sur la table et est bien résolu à corriger tout ça. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Pas de retour de Fortnite sur iOS ? Apple provoque l’Europe !
07-03-2024
Pas de retour de Fortnite sur iOS ? Apple provoque l’Europe !
Tim Cook,e le patron d’Apple a un sens de l’humour assez particulier. Le jour même de l’entrée en vigueur du Digital Market Act en Europe, qui oblige Apple à ouvrir plus largement les portes de son écosystème logiciel à la concurrence, la marque à la pomme a révoqué le compte développeur de Epic, le studio derrière Fortnite. Un acte loin d’être anodin quand on sait que le PDG d’Epic, Tim Sweeney, a été l’un des principaux détracteurs des politiques d’Apple ces dernières années. Concrètement, alors que le studio voulait, comme le DMA l’y autorise, proposer son magasin de jeu sur iPhone et iPad, Apple l’en a empêché en privant l’entreprise de la certification indispensable à la publication d’application sur iOS. C’est en tout cas ce que raconte Epic. Selon les nouvelles règles d’Apple, il faut en effet l’approbation du fabricant d’iPhone pour proposer un magasin d'applications alternatif sur iPhone et iPad. Sans cette autorisation du GAFAL, Epic ne peut donc rien faire. Pour le studio, cet ultime acte de provocation est je cite « une violation très sérieuse du DMA et la preuve qu’Apple n’a aucune intention de laisser la compétition s’installer sur iOS » fin de citation. L’éditeur de jeux vidéo hausse d’ailleurs le ton en expliquant je cite qu’« Apple élimine l’un des plus grands concurrents potentiels de l’App Store. Ils sapent notre capacité à être un concurrent viable et montrent aux autres développeurs ce qui se passe lorsque vous essayez de concurrencer Apple ou que vous critiquez ses pratiques déloyales » fin de citation. De son côté, Apple se défend en expliquant qu’elle était dans son droit. Je cite « la violation flagrante des obligations contractuelles d’Epic a prouvé aux yeux de la justice qu’Apple a le droit de résilier le contrat qui le lie à une partie ou toutes les filiales d’Epic Games […] à tout moment et sans avoir à se justifier. Au regard du comportement passé et présent d’Epic, Apple a décidé d’exercer ce droit » fin de citation. Apple fait en effet référence à la décision de justice de la Cour suprême américaine qui a mis fin au 1er round entre Apple et Epic. Ce nouveau front ouvert entre les deux géants du numérique vient relancer la guerre que l’on croyait terminée par l’entrée en vigueur du DMA, qui oblige Apple à accueillir des concurrents à l’App Store sur sa plateforme. Mais selon des mails dévoilés par Epic, je cite « les critiques d’Epic concernant la mise en conformité d’Apple au DMA et le comportement passé de l’entreprise […] laissent penser que l’entreprise n’a aucune envie d’obéir aux règles » d’Apple, fin de citation, ce qui autorise donc le fabricant d’iPhone à couper l’accès d’Epic à sa plateforme. En d’autres termes, Apple considère qu’Epic n’est pas fair-play en critiquant continuellement les règles de l’entreprise et a donc décidé de le bloquer. Pas sûr que la Commission européenne voit ça d’un très bon œil. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Streaming illégal : la fin de nombreux sites ?
06-03-2024
Streaming illégal : la fin de nombreux sites ?
Les studios et plateformes de streaming sont en guerre contre les sites de streaming illégaux depuis un long moment désormais. Mais ces derniers temps, leur lutte passe par des recours surnommés « injonctions dynamiques ». Ceux-ci indiquent spécifiquement quels sont les domaines qui doivent être bloqués. Et depuis quelque temps, les plateformes utilisent également des systèmes plus flexibles leur permettant d'ajouter de nouveaux domaines dès qu'ils sont lancés, sans avoir à demander de nouvelles ordonnances par la suite. Il y a quelques jours, le bureau d'enregistrement Namecheap suspendait le nom de domaine de l'application open source de recherche de films movie-web. Selon Torrent Freak, cette situation résulte d'une injonction dynamique ordonnée par la Haute Cour de Delhi en Inde pour le compte de Netflix, Warner ou encore Disney. Cette dernière, concerne 45 noms de domaine liés à 28 entités distinctes, et ordonne aux fournisseurs d'accès Internet indiens de bloquer ces domaines. Dans le cas de movie-web, le fait que le site face les frais d’une telle injonction étonne, du fait de son statut open source, mais également du fait de la transparence de ses développeurs. Une situation d'autant plus incompréhensible que l'injonction provient de l'Inde, ce qui suggère que Namecheap, entité américaine, s'y est pliée. Movie-web est toujours disponible pour les utilisateurs, mais son site officiel de démonstration est désormais hors ligne. La plupart des autres noms de domaine ciblés par l'injonction sont également hors ligne début mars, preuve de son efficacité. L'Inde semble offrir un environnement juridique favorable et efficace en ce qui concerne les mesures de lutte contre le piratage en ligne, ce qui en fait une option attrayante pour les détenteurs de droits d'auteur cherchant à protéger leurs contenus. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le piratage de séries et de films est reparti à la hausse. En 2022, il a même augmenté de 39 %. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Youtube : qui avait le plus d’abonnés en 2023 ?
05-03-2024
Youtube : qui avait le plus d’abonnés en 2023 ?
YouTube est indiscutablement l'une des plateformes de vidéos les plus populaires. L’hébergeur de Google reçoit chaque jour des millions d’heure de contenu et rassemble des millions de spectateurs, qui pour la plupart sont bien souvent abonnés aux créateurs de contenus numéro 1 dans leur pays, voire dans le monde. Si Squeezie domine Youtube en France avec ses concepts de vidéos autour des jeux vidéo et du divertissement, culminant à plus de 18 millions d’abonnés en 2023, son ancien partenaire et ami Cyprien le suit de près avec ses sketchs et courts-métrages, rassemblant plus de 14,4 millions d’abonnés. Précisons que ces chiffres ont été retenus à la fin de l’année 2023. Ils ont depuis un peu évolué. Mais cela permet de donner la tendance concernant les youtubers et chaines les plus populaires l’année dernière. Ainsi, le podium est complété par Lofi Girl, cette chaîne qui diffuse en direct 24/24h et 7/7j des musiques dans le registre du lo-fi hip-hop, avec 13,7 millions d'abonnés fin 2023. Quatrième, et bien que son image soit ternie par des scandales, Norman accroche la quatrième place des Youtubers les plus populaires de France avec 11,6 millions d'abonnés, suivi de près par Gims ! En effet, l'artiste musical talonne la chaîne de Norman avec 11,3 millions d'abonnés comptabilisés au mois de décembre. Ça c’est pour la France. Mais quelle est la tendance à l’international ? Accrochez-vous, les chiffres sont énormes. Les plus anciens s’en souviennent, PewDiePie n’est plus depuis longtemps le youtuber avec le plus d'abonnés sur Terre. Il y a quelques années, ce dernier a perdu sa bataille contre la chaîne indienne T-Series, qui aujourd’hui comptabilise plus de 255 millions d'abonnés. Ceci dit, on ne peut pas véritablement parler de créateur de contenu, puisqu’on y trouve essentiellement des clips musicaux. Ainsi, le premier créateur de contenu, mais néanmoins deuxième en nombre d'abonnés est le célèbre MrBeast, qui rassemble aujourd’hui 219 millions d’abonnés qui regardent des quatre coins du globes ses vidéos aux budgets démentiels. MrBeast a lui-même admis que ses concepts comme la parodie de Squid Game, ou les défis d’abonnés avec plusieurs centaines de milliers de dollars à la clé, lui coutaient en réalité des millions. Troisième du classement l’an dernier, la chaîne pour enfant Cocomelon avec elle aussi 219 millions d'abonnés, suivie par SET India, la chaîne de Sony et ses 166 millions d'abonnés, et enfin le Kids Diana Show et ses 117 millions d'abonnés. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
L’IA musique d’Adobe va-t-elle révolutionner l'industrie ?
04-03-2024
L’IA musique d’Adobe va-t-elle révolutionner l'industrie ?
Vous le savez, l’IA permet de tout créer ou presque, qu’il s’agisse d’images, de vidéo et même de musique, comme l’a montré le groupe Meta avec son outil MusicGen. Aujourd'hui, c'est au tour d’Adobe de se lancer dans ce domaine. Concrètement, la promesse de Project Music GenAI d’Abode est de générer un morceau de musique rien qu’en le décrivant en quelques mots, de courts textes descriptifs tels que « jazz triste » ou « danse joyeuse ». Le programme peut ensuite créer des morceaux avec une variété de tempos et de structures, tout en étant capable de délimiter l'intro, le couplet ou le refrain. Mais, Project Music va encore plus loin, puisque ses utilisateurs devraient pouvoir uploader leurs propres fichiers musicaux et en faire ce qu'ils veulent. La courte démo publiée par Adobe montre comment une chanson peut être modifiée pour ressembler à une musique de film inspirante ou pour adopter un style plutôt hip-hop. Jusqu'à présent, les résultats sont assez impressionnants. Si le projet d'Adobe semble plutôt facile à utiliser, il devrait toutefois séduire de nombreux professionnels et s'intégrer parfaitement aux outils disponibles dans la suite Adobe Creative Cloud. Toujours dans sa démo, l'entreprise semble utiliser Audition pour diffuser les résultats de Project Music. Cela signifie qu'ils peuvent être modifiés à la volée et très rapidement intégrés dans des projets. Pour l'instant, l'outil n'a pas été mis à la disposition du public. Cependant, au vu des derniers résultats d'Adobe en matière d'IA avec Firefly, on peut s'attendre à découvrir un très bon générateur de musique. De quoi inquiéter les grands labels de musique ? Si Universal s'inquiète de la prolifération des morceaux générés par l'IA sur les plateformes de streaming, Adobe tient à montrer patte blanche. La société a déclaré que les démonstrations de Project Music utilisent actuellement du « contenu issu du domaine public » pour générer ses résultats. Reste à voir comment les choses évolueront lorsque les utilisateurs injecteront des morceaux de Taylor Swift ou Ed Sheeran dans le programme. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Photomath : l’appli Google qui résout vos problèmes de maths instantanément ?
03-03-2024
Photomath : l’appli Google qui résout vos problèmes de maths instantanément ?
Google vient de sortir un tout nouvel outil qui devrait être d’une grande aide à ceux qui ont des difficultés avec les mathématiques… Cette application mobile se nomme Photomath et comme son nom l’indique, vous invite à utiliser l’appareil photo de votre téléphone pour scanner puis résoudre un problème. Concrètement, il vous suffit d’ouvrir l'application, et de lui accorder l'autorisation d'accéder aux photos et aux vidéos de votre smartphone. Photomath vous demande alors de capturer le problème mathématique. Veillez à bien respecter le cadre dessiné, pour que la formule ne déborde pas. Vous éviterez ainsi le risque que l’IA fasse mauvaise interprétation. L'algorithme de l’application est d’ailleurs particulièrement impressionnant. En un éclair, vous obtenez la solution au problème. À chaque fois, l'application fait mouche. Détail ô combien intéressant, Photomath ne se contente pas de « simplifier » les choses et d'afficher la réponse. En cliquant sur « Afficher la résolution des étapes » après lui avoir proposé une opération, vous accéderez au raisonnement et calcul détaillé. L'application est aussi pratique que pédagogique. Autre fait notable, l'outil propose une calculatrice scientifique perfectionnée. Au final, il vous sera difficile de ne pas obtenir de réponse de Photomath. Algèbre, calcul, trigonométrie, statistiques, mathématiques de base… l'application n'a visiblement pas de secret. Figurez vous que si Google met en avant Photomath, le GAFAM n'en est pas à l'origine. C'est l'éditeur croate Microblink qui a développé l'application en 2014, mais l'entreprise a été rachetée par Google en 2022. Notons que l'application est gratuite mais qu'une version payante offrant plus de détails et des tutos animés, nommée Photomat Plus, devrait bientôt être disponible en France à un tarif avoisinant les 10 euros par mois, ou entre 60 et 70 euros en abonnement annuel. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Neuralink : que disent les premiers tests sur les humains ?
15-02-2024
Neuralink : que disent les premiers tests sur les humains ?
Neuralink a annoncé avoir achevé son premier implant, un peu plus de six mois après avoir reçu l'approbation tant attendue par les autorités sanitaires américaines afin de mener des essais sur l'homme, dont l'opération a eu lieu fin janvier. Et si l’on en croit les dernières déclarations d'Elon Musk, patron de l'entreprise, l’aventure serait sur la bonne voie. Ainsi faut-il craindre que tous les humains soient un jour équipés de puces cérébrales leur conférant de nouveaux pouvoirs ? C'est peut-être l'un des rêves d'Elon Musk, et il essaie de le concrétiser avec sa société Neuralink. Je cite, "le patient va bien et s'est complètement rétabli, sans aucun effet secondaire à notre connaissance. Il est capable de déplacer la souris sur l'écran avec une simple pensée" fin de citation. Evidemment, si tout se passe bien, il n'en fallait pas plus pour pousser Elon Musk à passer à l'étape suivante. Car pour Elon Musk, l'objectif serait désormais de d’obtenir le plus de clics de souris possible de la part de ce patient. Neuralink n'a pas encore divulgué en détails le processus à venir ni même les résultats médicaux des expériences. Il faut donc se contenter des déclarations d'Elon Musk à ce sujet. En fin de compte, l'entreprise, qui a discrètement transféré son siège social au Nevada en février, vise non seulement à améliorer la cognition humaine, mais également à guérir diverses maladies, comme la schizophrénie, l’autisme et même la dépression. Reste à savoir si Elon Musk atteindra de telles révolution. En termes de business pure, l'année dernière, Neuralink était évalué à 5 milliards de dollars. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
GTA VI : la sortie du jeu seulement "quand il sera parfait" ?
14-02-2024
GTA VI : la sortie du jeu seulement "quand il sera parfait" ?
Depuis décembre 2023 et la sortie du très attendu trailer de GTA 6, les joueurs du monde entier recherchent des indices concernant la date exacte de sortie du jeu. Et alors que beaucoup s'attendaient à ce que le studio fournisse des informations lors de la publication de ses résultats trimestriels, le PDG de Take-Two (la société mère de Rockstar) en a profité pour... en dire le moins possible, laissant les fans attendre. Lorsqu'on lui a demandé qui décide de la date de sortie de GTA 6, Strauss Zelnick a déclaré que je cite "le studio vise la perfection et qu’il sera temps de sortir le jeu quand nous estimerons qu’il sera irréprochable créativement parlant" fin de citation. En restant vague sur une sortie en "2025", Rockstar se donne donc 12 mois pour peaufiner le titre si nécessaire. Avec des milliards de dollars investis dans le développement de GTA 6, et plus de 10 ans d'attente depuis GTA 5, force est de constater que le studio n'a aucune marge d'erreur.  À ce sujet, Strauss Zelnick explique que "les attentes [pour GTA 6] sont bien plus élevées que pour la version précédente, GTA 5". Je cite, "le score fou de la bande-annonce YouTube en est la preuve. Je me garde bien de faire des prédictions sur le succès du jeu, mais il est clair que les attentes sont très élevées" fin de citation. Clôturant le chapitre GTA 6, Strauss Zelnick a déclaré qu'il "regrettait" que la bande-annonce du jeu ait été divulguée juste avant sa sortie officielle. Lors de la séance de questions-réponses, le PDG a également annoncé un important plan de réduction des coûts pour rassurer les marchés après un trimestre moins rose que prévu. Une petite nouvelle pour l'industrie du jeu vidéo, puisqu'au lieu de licencier des employés, cela devrait se faire au niveau du marketing et dans d’autres domaines. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Microsoft PC Manager : une application dangereuse ?
13-02-2024
Microsoft PC Manager : une application dangereuse ?
CCleaner, le logiciel bien connu de nombreux utilisateurs pour nettoyer nos ordinateurs, aurait de gros soucis à se faire. C'est du moins ce que l'on peut lire un peu partout sur internet. S'il est développé par Windows, l'entreprise vient de présenter un concurrent de taille : Windows PC Manager. Ceci dit, est-ce vraiment un logiciel fiable malgré toutes ses promesses ? Tout d'abord, PC Manager a pour tâche principale d'optimiser les performances de Windows. Cela inclut, entre autres, la suppression des données qui pourraient être jugées inutiles. Mais concrètement, si l'utilisateur sélectionne l'option "Nettoyage en profondeur", PC Manager suggérera de supprimer le dossier Windows Prefetch. Or, comme l'a clairement indiqué le site Neowin, les experts de Windows déconseillent fortement de le faire depuis des années. En fait, le but de ce fichier est déjà d'améliorer les performances du système. La sauvegarde des données des applications permet des redémarrages plus rapides et une expérience plus fluide à chaque nouvelle utilisation. Cependant, la suppression du contenu de Windows Prefetch n'endommagera pas Windows et peut même économiser de l'espace sur votre disque dur, du moins au début. Car les applications dont les données ont été supprimées démarreront plus lentement la prochaine fois que vous les ouvrirez, et retrouveront progressivement la même quantité d'espace qu'auparavant. Bon, si l'on reste honnête, l'option nettoyage profond tient sa promesse. Il s'agit réellement d'un nettoyage de tous les fichiers ou presque, dont inutile de crier à la tromperie là dessus. Ceci dit, d'autres points méritent qu'on fasse preuve de vigilance. D'après le site Neowin, des liens d'affiliation dans la section boîte à outils mèneraient vers des sites Web de développeurs basés en Chine, l'un d'eux étant directement lié à Microsoft.  Les logiciels peuvent y être achetés et il est donc possible que Microsoft touche une commission sur chaque vente. Cela nous renvoie donc aux débuts de l'outil, repéré pour la première fois sur des sites en langue chinoise en 2022. Si ces faits ne sont pas totalement aggravants pour PC Manager, on est loin de l'expérience de confiance que l'on serait en droit d'attendre d'un logiciel estampillé Microsoft. Reste à savoir comment les choses évolueront avec la sortie de PC Manager, mais il semblerait qu'il soit encore indisponible pour certains utilisateurs en France. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
7000 milliards de dollars pour des puces spéciales IA ?
12-02-2024
7000 milliards de dollars pour des puces spéciales IA ?
Si ChatGPT a captivé la planète ces deux dernières années, son évolution vers de nouveaux sommets nécessitera des infrastructures bien plus vastes, et donc de plus en plus de semi-conducteurs haut de gamme. Ces derniers mois, Sam Altman a été sous pression pour ne plus s'appuyer uniquement sur des sociétés comme Nvidia afin de se fournir en semi-conducteur, mais pour construire sa propre unité de production dans ce domaine. Un projet qui nécessitera un financement énorme ! Ces dernières semaines, Sam Altman était en tournée avec d'importants fonds d'investissement et des géants de l'électronique pour lever des fonds dans le but d'implanter des usines de fabrication de semi-conducteurs spécialisés dans l'IA aux quatre coins du monde. Si le projet était déjà ambitieux, la réalité est qu’il sera encore plus grand que prévu. Selon les informations du Wall Street Journal, le patron d'OpenAI pourrait amasser une somme absolument folle, entre 5000 et 7000 milliards de dollars. Ces chiffres sont encore plus impressionnants si l'on considère qu'OpenAI ne vaut actuellement qu'environ 80 milliards de dollars. Si l'on met ça en perspectives avec d'autres infos déjà traitées dans ce podcast, OpenAI deviendrait l'entreprise avec le plus gros capital du monde, plus du double de Microsoft qui occupe la place de leader avec 3000 milliards de capitalisation en bourse actuellement, même si ce n'est pas totalement sur le même plan. Ce que fait Sam Altman est unique dans le domaine de l’investissement privé. Concrètement, son objectif est de rassembler investisseurs, fournisseurs d’énergie et fabricants de puces pour produire ensemble des semi-conducteurs dédiés à l'IA. La firme n'est pas la seule à faire état de très forts besoins en puces avancées, dans un marché pourtant très contraint. Meta par exemple, veut aussi produire une partie de ses puces. De manière générale, la Semiconductor Industry Association (SIA) prévoit que les ventes mondiales de semi-conducteurs augmenteront de 13,1 % pour atteindre quasiment 600 milliards de dollars cette année. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Données de santé : 33 millions de français touchés par une cyberattaque ?
11-02-2024
Données de santé : 33 millions de français touchés par une cyberattaque ?
C'est une info qui est passée sous les radars durant plusieurs jours, mais que l'on a appris la semaine dernière : fin janvier, Viamedis et Almerys, deux sociétés agissant comme intermédiaires entre les mutuelles et les professionnels de santé, pour savoir si les patients peuvent bénéficier du tiers payant, ont subis des cyberattaques d'une ampleur inédite. Concrètement, ces entreprises disposent de tonnes de données personnelles, qui désormais sont aux mains de pirates informatiques. Au total, plus de 33 millions de fichiers ont été collectés par des pirates informatiques dans les premiers jours de 2024. Jamais autant de numéros de sécurité sociale n'avaient été volés par des hackers en France. En parallèle, ces derniers ont mis la main sur l'état civil, la date de naissance, le numéro de sécurité sociale, le nom de la compagnie d'assurance maladie et les garanties des contrats conclus de chacun des 33 millions de patients. Afin de rassurer, la CNIL précise que le numéro de téléphone, l'adresse et l'adresse email des victimes ne faisaient pas partie de ces données. De même, les données bancaires et de santé auraient également été épargnées. Alors comment savoir si vous avez été touchés par ce piratage ? Et bien vous n'avez en théorie aucune démarche à faire, puisque si votre complémentaire santé a fait appel à Viamedis ou Almerys, c'est à elle de vous informer que vos données sont désormais aux mains de hackers. Et si jamais vous craignez d'avoir été touché, alors contactez directement votre mutuelle. Par ailleurs, la CNIL vous recommande de faire preuve d'une extrême prudence dans les jours à venir à propos des éventuelles sollicitations que vous pourriez avoir, notamment en matière de remboursement de frais de santé.  Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices